FORUM APOCALYPSE ET PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS

Ce Forum Catholique a pour but de commenter nos temps actuels, à la lecture des prophéties de la Bible, du livre de Daniel et de l’Apocalypse de St Jean, en les comparant avec les prophéties modernes.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
par Hercule Aujourd'hui à 12:40

» - Père Raymond Halter - La prière de délivrance -
par Hercule Aujourd'hui à 11:24

» Jean Pliya - Enseignement lors du rassemblement de Saint Laurent 2012...
par Hercule Aujourd'hui à 11:18

» Le Père Ghislain ROY et le démon - Libération et Guérison ...
par Hercule Aujourd'hui à 11:00

» Avec Luisa PICCARRETA et le Père Ghislain ROY, Entrons et Vivons sous le Règne de LA DIVINE VOLONTE !
par Hercule Aujourd'hui à 10:44

» 21 novembre Présentation de la Sainte Vierge Marie
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 2:10

» 21 novembre : Saint Dimitri de Rostov
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:59

» Dieu contre Satan, le combat final
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:36

» Purgatoire dans le Nouveau Testament St Robert Bellarmin
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:20

» Prophétie de Saint Jean Paul II
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:11

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 1:02

» Le Grand Monarque - Au Sujet des Soldats du Roi ...
par Hercule Aujourd'hui à 0:51

» Saint Padre Pio de Pietrelcina, OFM Capucin (1887-1968) Stigmatisé
par Hercule Aujourd'hui à 0:33

» L’Evangéliste Carlos ANNACONDIA, l’homme qui réveille les âmes endormies ...
par Hercule Aujourd'hui à 0:15

» Le Père Mathieu Girard OFM Capucin - Ancien Exorciste de Besançon...
par Hercule Hier à 23:43

» LA PROPHETIE DE DANIEL par (A) qui est une petite âme qui a des locutions et désire rester ignorée.
par Hercule Hier à 22:48

» Remèdes révélés à Marie-Julie Jahenny pour les « Temps de la Fin » ...
par Hercule Hier à 22:21

» Neuvaine au Christ Roi de l'Univers : Du 16 au 26 novembre 2017
par Lumen Hier à 20:51

» DIEU ? Démonstration de l'existence de Dieu et raisons de croire chrétiennes...
par Hercule Hier à 18:22

» Le Site de l'I.A.D. - Association Internationale pour la Délivrance...
par Hercule Hier à 12:31

» Dieu se plait à révéler ses secrets à ceux qui l'aiment et qui l'écoutent...
par Hercule Hier à 10:31

» Livre - "MARIE ANNONCE LA FIN DES TEMPS" par F. Sanchez-Ventura Y Pascual - Partie 0 ...
par Hercule Hier à 4:09

» AED - Syrie: Marc Fromager « nous ne les abandonnerons pas ! »
par Hercule Hier à 3:37

» 20 novembre Vénérable Agnelo de Souza
par ami de la Miséricorde Hier à 0:31

» 20 novembre Saint Grégoire le Décapolite
par ami de la Miséricorde Hier à 0:15

» Considérations de Saint Ephrem sur l'Enfer
par ami de la Miséricorde Hier à 0:03

» Saint Bernard de Clairvaux sur les Fins dernières
par ami de la Miséricorde Dim 19 Nov 2017 - 23:43

» Le livre de l'Apocalypse
par Olivier2 Dim 19 Nov 2017 - 18:40

» Notre Dieu est Dieu de Vie, et Il nous veut féconds.
par Lumen Dim 19 Nov 2017 - 16:30

» Une seule chandelle suffit
par Lumen Dim 19 Nov 2017 - 16:15

» Les « Litanies de l'Humilité » du Cardinal Merry del Val...
par Hercule Dim 19 Nov 2017 - 15:24

» Avertissement et Conseil à mes âmes choisies...
par Hercule Dim 19 Nov 2017 - 15:21

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
par Lumen Dim 19 Nov 2017 - 15:06

» Concerts dans les Eglises : Mgr Planet menace de poursuivre en justice...
par Hercule Dim 19 Nov 2017 - 14:59

» Consécration du diocèse d’Avignon au Cœur Immaculé de Marie...
par Hercule Dim 19 Nov 2017 - 14:22

» Une Minute avec Marie - Le chapelet, la prière que Notre Dame a le plus recommandée
par Hercule Dim 19 Nov 2017 - 10:09

» 19 novembre Saint Philarète de Moscou
par ami de la Miséricorde Dim 19 Nov 2017 - 1:30

» 19 novembre Saint Abdias Prophète
par ami de la Miséricorde Dim 19 Nov 2017 - 1:07

» 19 novembre Saint Raphaël Kalinowski
par ami de la Miséricorde Dim 19 Nov 2017 - 0:48

» Considérations de Saint Prosper d'Aquitaine sur l'Enfer
par ami de la Miséricorde Dim 19 Nov 2017 - 0:32

» La disposition codée du GRAAL en l’église de RENNES-LE-CHÂTEAU selon le tracé de la MÉDAILLE MIRACULEUSE
par Hercule Sam 18 Nov 2017 - 15:18

» Je bénirai le Seigneur ...
par Lumen Sam 18 Nov 2017 - 15:11

» Vendée - LePuy-du-Fou et Philippe de Villiers reçoivent le Hall of Fame Award...
par Hercule Sam 18 Nov 2017 - 14:58

» Jésus nous livre un grand secret : prier sans se décourager...
par Lumen Sam 18 Nov 2017 - 14:50

» Institut pour la Protection de la Sante Naturelle - Herboriste : un métier assassiné !
par Hercule Sam 18 Nov 2017 - 13:52

Sujets les plus actifs
SEPTEMBRE LE MOIS DE SAINT MICHEL ARCHANGE
Prières de Protection, de Libération et de Guérison
Prophéties modernes et Messages pour la France...
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
Livre - "L'HEURE DES TENEBRES" par Don Raymond - Partie 1...
Le livre de l'Apocalypse
Livre - "La Mission Divine de la France" par le Marquis de la Franquerie...
FORUMACTIF.COM – Harcèlement et graves dysfonctionnements sur Lumen -
Les propheties bibliques a l'aune de l'heraldique royale britannique.
Sujets les plus vus
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
FORUMACTIF.COM – Harcèlement et graves dysfonctionnements sur Lumen -
- Virginie "Alliance des Coeurs Unis" - Consécration et Imposition du Scapulaire
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
SEPTEMBRE LE MOIS DE SAINT MICHEL ARCHANGE
Le livre de l'Apocalypse
Prières de Protection, de Libération et de Guérison
Virginie "Alliance des Coeurs Unis" - Acte de consécration
"ENTRE NOUS II" - Les Articles les plus lus du mensuel... par Viviane Al.
La clé structurelle du livre de l’Abbé Boudet, le Graal identifié au Calice de la Cène .
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Hercule
 
ami de la Miséricorde
 
Lumen
 
Françoise
 
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 18 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Prunelle

Nos membres ont posté un total de 1455 messages dans 1068 sujets
Mots-clés
James Laurentin François France chapelet Pape délivrance Faux préalable Famille Rosaire Prière enfants avertissement naturelle Joyeux islamisation Garabandal Louis Marie Tous Evangélisation Polonais Merci saint prophètes
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 23 le Sam 9 Sep 2017 - 10:43
Annuaire des Sites amis


Partagez | 
 

 Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hercule
Admin
avatar

Messages : 966
Date d'inscription : 16/08/2017

MessageSujet: Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe   Lun 9 Oct 2017 - 23:15

- BRUNO DUMEZIL, LES RACINES CHRETIENNES DE L'EUROPE -
Conversion et liberté dans les royaumes barbares, ve-viiie siècles

https://medievales.revues.org/1445

+ + + + +

- Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe -
Conversion et liberté dans les royaumes barbares, ve-viiie siècles

Paris, Fayard, 2005, 804 p.

Stéphane Gioanni
p. 170-173

1 Le livre de Bruno Dumézil se propose d'étudier les mécanismes de la conversion au catholicisme des royaumes barbares situés dans les anciennes provinces de l'Empire romain d'Occident entre le ve et le viiie siècle. Les politiques civiles de coercitions religieuses menées par les autorités impériales n'étaient pas parvenues à imposer le christianisme nicéen dans l'ensemble de la pars occidentalis. Alors que la chute de l'Empire d'Occident aurait pu sonner le glas des christiana tempora, la domination des rois germaniques – dont aucun n'était catholique – se traduisit peu à peu par la disparition du paganisme et des hérésies chrétiennes. Pour expliquer la conversion inattendue des royaumes barbares à la foi de Nicée, Bruno Dumézil commence par définir les notions de « conversion », d'« évangélisation », de « mission », de « contrainte » et de « liberté » religieuse. Cette réflexion conceptuelle lui permet de se démarquer des diverses traditions historiographiques qui s'étaient focalisées sur la conversion de l'Empire romain au détriment des royaumes barbares d'Occident. Après avoir posé le cadre chronologique et géographique de son enquête, l'auteur développe une argumentation en trois parties destinées à identifier, dans chaque royaume, les différents mécanismes de la contrainte religieuse, des politiques brutales de persécution aux formes de coercition les plus subtiles, qui révèlent la collaboration croissante entre l'autorité religieuse (l'évêque) et le pouvoir politique (le roi).

2 La première partie (Pasteurs et troupeaux. Les Christiana tempora après l'Empire) examine les conditions favorables de la conversion après 476. Premier élément : les nouveaux maîtres du pouvoir se sont appliqués à conserver les « héritages » culturels et juridiques de l'époque impériale qui avaient assuré la pérennité du christianisme ancien. La politique du roi de Ravenne Théodoric est sans doute le meilleur exemple de l'attachement aux principes du droit romain (Code Théodosien, Constitutions sirmondiennes...). Deuxième élément : l'affaiblissement de l'autorité impériale, dès les années 430, avait dynamisé la vocation missionnaire des évêques qui étaient de plus en plus contraints d'assumer seuls l'impératif apostolique d'évangélisation face aux résistances païennes ou hérétiques. L'évolution de la fonction épiscopale renforça la position dominante de l'évêque-pasteur qui bénéficiait de nouveaux modes de contraintes dans la cité puisqu'il était chargé de la gestion de la vie civique et de l'encadrement de la vie sociale. Entouré des fidèles et des clercs, l'évêque devint ainsi l'acteur principal de l'évangélisation, comme l'exprime clairement Grégoire le Grand pour qui « le pouvoir épiscopal seul organise la conversion » (p. 159). La mission apostolique de l'évêque se caractérisa à quelques exceptions près (cf. le prosélytisme offensif de Sévère de Minorque) par des modalités de conversion de plus en plus pragmatiques, capables de déroger aux principes établis, par exemple en acceptant le mariage entre une catholique et un roi d'une autre religion (Caretène et Gondebaud ou encore Clotilde et Clovis...). Dernier élément : le combat contre les pratiques païennes, qui persistaient surtout dans les campagnes, fut facilité, après 476, par la disparition totale du paganisme au sein des anciennes élites impériales pour lesquelles « la conversion n'était plus une obligation légale, mais une nécessité de survie sociale » (p. 105). Durant toute « cette période d'apaisement sur le plan des modalités de la conversion » (p. 165), l'épiscopat pu ainsi élaborer une stratégie de conversion des peuples germaniques fondée d'abord sur la conversion de leur roi.

3 La deuxième partie (Le retour du roi. La conversion du souverain germanique et de son peuple) se concentre sur la conversion personnelle du roi et sur les tentatives d'unité religieuse entreprise par le roi converti. L'analyse comparative montre que ce processus varie en fonction de l'histoire de chaque royaume : dans le monde anglo-saxon, la rapidité de l'unification chrétienne s'expliqua en grande partie par la faiblesse des autres cultes et la fragilité de l'implantation païenne dans l'île ; dans le regnum Francorum, la conversion du royaume fut facilitée par la « remarquable continuité » (p. 217) de la chrétienté catholique avec le monde romain ; en revanche, dans l'Italie soumise aux dominations successives, l'arianisme tolérant des rois goths, le rêve d'unification de Justinien puis la volonté d'arianisation sous les Lombards retardèrent de deux siècles le processus de christianisation étatique. Nécessairement tributaire de l'histoire de chaque royaume, la « conversion nationale » dépendit surtout de l'évolution des rapports de force entre la royauté et l'épiscopat comme en témoignent les tentatives d'unification chrétienne de l'Espagne wisigothique : la disparition forcée de l'arianisme et du paganisme entreprise par Léovigild avait été suivie, sous le règne du roi Sisebut (612-621), d'une persécution systématique du judaïsme considéré comme le dernier corps étranger au royaume chrétien d'Espagne. Dans un premier temps, la réaction équivoque de l'épiscopat espagnol au « concile de Séville » illustra l'embarras d'Isidore partagé entre sa fidélité à Sisebut et son attachement à la vocation universelle de l'Église. Mais à la fin du viie siècle, les évêques furent les principaux soutiens de la politique du roi Egica contre les juifs. Le concile de Tolède XVII, en novembre 694, contribua à définir le judaïsme comme une hérésie ennemie de l'Église et de l'Espagne en confondant « en une même fides la foi religieuse et la fidélité civile ». L'impossibilité d'assimiler les juifs dans l'unité politico-religieuse se traduisit alors par l'asservissement ou la conversion forcée des juifs auxquels mit fin la conquête de l'Espagne par les armées arabes en 711 qui permit à la religion juive de retrouver un statut d'existence légale dans le régime islamique. Dans cet exemple, la collaboration croissante entre le clergé et le roi montre comment l'épiscopat espagnol est passé d'une vocation universelle de l'Église, dont Isidore de Séville fut le dernier représentant, à l'ambition plus étriquée de servir la fondation d'un royaume chrétien. Bien que la transition religieuse ait suivi des voies et des rythmes variés suivant chaque royaume, elle se caractérise toutefois par des phases communes. La conversion du souverain germanique se traduit généralement, après une certaine défiance, par une législation du culte autorisant la prédication et par la réunion d'une assemblée de la nation encadrant le changement officiel. Une deuxième période est marquée par la situation délicate du roi converti tant d'un point de vue religieux que politique (l'échec militaire du roi Sigismond fut considéré comme la conséquence de sa conversion au catholicisme). Pour dissiper tout risque d'hostilité intérieure, les souverains sont alors contraints de mener une conversion nationale en collaboration avec l'épiscopat. L'ultime étape consacre la pérennisation de la « société chrétienne triomphante » marquée par l'unité religieuse du royaume et la christianisation des structures sociales.

4 La troisième partie (La société chrétienne. Mécanismes de définition d'une chrétienté occidentale) étudie la constitution proprement dite de la société chrétienne. Cette dernière condition de l'unification religieuse supposait l'établissement d'une norme religieuse destinée à intégrer ou, le cas échéant, à exclure. La définition de cette norme concernait autant les croyances que les pratiques du chrétien. L'uniformisation rituelle, qui supposait l'élimination de toute pratique hérétique ou païenne, fut accomplie grâce aux efforts conjugués du roi, des évêques mais aussi d'autres acteurs essentiels de l'évangélisation, à commencer par les fondations monastiques : l'expérience de saint Martin, qui avait refusé la violence pour convertir les païens, avait profondément marqué l'œuvre missionnaire des moines d'Occident, si différents sur ce point de leurs frères orientaux. L'évangélisation quotidienne des campagnes encouragée par Cassiodore à Vivarium, la pastorale des évêques provençaux nourrie de références au monachisme lérinien, la conversion sans violence promue par Grégoire le Grand ou encore la « théâtralisation de l'affrontement » illustrée par Colomban reflètent les différents types d'engagements monastiques dans l'unification religieuse de l'Occident. Les élites chrétiennes contribuèrent elles aussi à la christianisation en profondeur de l'Occident barbare en réalisant une « évangélisation par le haut ». Les modes de supériorité économique et sociale (droit des propriétaires, autorité administrative, dépendances financières, clientélisme...) induisaient en effet des rapports de domination souvent plus contraignants – et donc plus efficaces – que la simple fidélité au monarque ou à l'évêque.

5 L'analyse de l'uniformisation religieuse de l'Occident barbare au cours des trois premiers siècles du Moyen Âge nous renseigne davantage sur les mécanismes que sur les causes de l'évangélisation de l'Europe. Toutefois, la collaboration entre les différents acteurs de la conversion révèle un fondement de l'organisation politique et religieuse de l'Europe pré-carolingienne. Le succès final du christianisme nicéen – la religion de Rome – souligne la permanence du modèle romain tout en montrant, par ses prétentions universelles, que l'unité politique n'est plus concevable sans unité religieuse. Au terme de cette enquête monumentale, on ne peut être qu'impressionné par l'efficacité de la démonstration. Certaines questions n'en restent pas moins ouvertes, comme le rappellent les dernières pages volontairement paradoxales de l'épilogue : les principaux acteurs de l'unification religieuse de l'Occident, de Salvien de Marseille à Bède le Vénérable, en passant par Théodoric, Grégoire ou Isidore qui « condamnaient l'usage de la contrainte », auraient eu, selon l'auteur, une perception aiguë de l'altérité religieuse qui oscille entre un « droit à la différence » et un « droit à l'erreur » : « même s'il n'y eut jamais de formulation de la liberté de conscience en tant que telle, il est évident qu'il exista, à certains moments et dans certains contextes, l'idée d'un droit à la différence » (p. 465). L'auteur aura sans doute l'occasion de préciser sa pensée sur ce problème complexe : l'œuvre de conversion implacable que reflète le Code Théodosien nous rappelle en effet que les politiques de coercition impériale revêtaient déjà une palette de nuances qui n'impliquaient pas nécessairement un « droit à la différence ». Contrairement à ce que fit plus tard Justinien, Théodose et ses premiers successeurs s'étaient refusés à lancer des persécutions contre les païens et les hérétiques qui menaçaient l'unité de l'Empire parce que, précisément, les persécutions s'étaient révélées inefficaces contre les chrétiens : pour mieux les faire disparaître, ils avait choisi de les marginaliser en asphyxiant progressivement leur culte et en les écartant peu à peu de la communauté civique. Mais cette comparaison verticale, qui pourrait être le seuil d'une nouvelle enquête, est marginale au regard de l'immense travail accompli dans ce livre. L'auteur complète sa démonstration en fin de volume par 179 pages de notes, un répertoire des sources et six annexes présentant le texte, la traduction et le commentaire de plusieurs documents essentiels (le Praeceptum de Childebert Ier, les souscriptions du concile de Tolède III de 589, le carmen de synodo Ticinensi, les Lettres d'Avit relatives à la conversion du roi burgonde Sigismond...). En particulier, l'annexe 3 constitue un précieux florilège de textes qui permettent de reconstituer le contenu de l'édit de Sisebut, aujourd'hui perdu, sur la conversion forcée des juifs dans le royaume wisigothique. Le projet de Bruno Dumézil exigeait une lecture complète des sources narratives et diplomatiques mais aussi un sens aigu de la nuance et un effort de conceptualisation qui font de ce livre une contribution majeure à l'histoire des royaumes chrétiens d'Occident entre le ve et le viiie siècle.

Pour citer cet article

Référence papier
Médiévales 51, automne 2006, p. 170-173
Référence électronique
Stéphane Gioanni, « Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares, ve-viiie siècles », Médiévales [En ligne], 51 | automne 2006, mis en ligne le 12 mars 2007, consulté le 09 octobre 2017. URL : http://medievales.revues.org/1445
Haut de page
Auteur

Stéphane Gioanni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation-apoc-key.forumactif.com
Hercule
Admin
avatar

Messages : 966
Date d'inscription : 16/08/2017

MessageSujet: Les Racines Chrétiennes de l'Europe - Le 1700ème Anniversaire de l'Edit de Milan (313-2013)   Lun 9 Oct 2017 - 23:22

- LES RACINES CHRÉTIENNES DE L'EUROPE -
- LE 1700ÈME ANNIVERSAIRE DE L'ÉDIT DE MILAN (313-2013) -

Les antinomies et synergies de l’État et de l’Église
de 313 à 1054

https://www.erickbonnier-editions.com/essais/les-racines-chrétiennes-de-l-europe/

+ + + + +

Les racines chrétiennes de l’Europe remontent à la naissance juridique et légale de l’Eglise en 313, grâce à l’édit de Milan voulu par Constantin le Grand.

L’auteur retrace 740 ans (313-1054) d’une véritable guerre que se livrèrent, par monarques interposés, les trois principales Eglises, à savoir : l’Eglise romaine pour son propre compte, si ce n’est pour une dynastie européenne ; le patriarcat de Constantinople pour l’empereur byzantin, et enfin l’Eglise germano-carolingienne pour l’empereur carolingien ou ottonien.

Derrière les grandes querelles théologiques qui occupaient les pensées du premier millénaire, l’auteur montre qu’il y avait toujours, en perspective, des enjeux géopolitiques de conquêtes territoriales, telle la question bulgare ou la conversion des Slaves aux VIIIe et IXe siècles.

De fait, le facteur religieux a déterminé les frontières de nos anciennes nations et leur appartenance soit au monde latin, soit au monde byzantin.

Voici 1700 ans que l‘édit de Milan a été publié. Mgr Michel Laroche rappelle à cette occasion ce que l’Europe et notre nation lui doivent. Ce livre nous invite à revisiter notre propre histoire faite de foi et de fureur, de ferveur et de clameurs. Il ne sert à rien de nier les racines chrétiennes de l’Europe. L’Histoire est là, qui témoigne du contraire.

+ + + + +

Michel Laroche, est un spécialiste reconnu des Pères de l’Eglise byzantine et de la géopolitique du christianisme. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages qui traitent du monde byzantin, tant sur le plan théologique qu’historique. Ses ouvrages, « Une seule chair » (1986) et « La voie du silence » (2010), sont devenus des références dans le domaine de la pensée byzantine. Il collabore régulièrement à la revue de géopolitique « Diplomatie». Mgr Michel Laroche est métropolite dans l’Eglise Orthodoxe (patriarcat de Kiev) et habite dans la région parisienne.

+ + + + +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation-apoc-key.forumactif.com
 
Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'unité de l'Europe sera solide si elle est basée sur les racines chrétiennes
» Angela Merkel a peur pour les racines chrétiennes de l’Europe
» Les sectes chrétiennes des deux premiers siècles
» L'agenda européen oublie toutes les fêtes chrétiennes
» Un site sur toutes les hérésies chrétiennes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM APOCALYPSE ET PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS :: LA MISSION DIVINE DE LA FRANCE :: Les Racines Chrétiennes de la France et de l'Europe-
Sauter vers: