FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS

Ce Forum Catholique a pour but de commenter nos temps actuels, à la lecture des prophéties de la Bible, du livre de Daniel et de l’Apocalypse de St Jean, en les comparant avec les prophéties modernes.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
par Anne-Marie Aujourd'hui à 13:34

» 20 janvier Saint Fabien
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 6:14

» 20 Janvier Saint Sébastien
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 5:52

» La Miséricorde est une vertu "selon la raison"
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 5:40

» Conversation de Sainte Faustine avec le Seigneur
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 5:33

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Aujourd'hui à 5:26

» Des francs maçonneries par le curé enragé
par ami de la Miséricorde Jeu 18 Jan 2018 - 22:37

» 19 janvier Saint Joseph-Sébastien Pelczar
par ami de la Miséricorde Jeu 18 Jan 2018 - 22:19

» 19 janvier Vénérable Juliette Colbert de Barolo
par ami de la Miséricorde Jeu 18 Jan 2018 - 21:56

» Conférence sur la Miséricorde
par ami de la Miséricorde Jeu 18 Jan 2018 - 21:38

» Le Père Steven Scheier jugé par la Miséricorde du Christ
par ami de la Miséricorde Jeu 18 Jan 2018 - 21:14

» 2016 - Film "Dieu n'est pas mort 2" de Harold Cronk ...
par Hercule Jeu 18 Jan 2018 - 13:55

» Dieu n'est pas mort
par Françoise Jeu 18 Jan 2018 - 12:55

» 18 janvier Bienheureux André Grego de Peschiera
par ami de la Miséricorde Mer 17 Jan 2018 - 22:16

» 18 janvier Sainte Marguerite de Hongrie
par ami de la Miséricorde Mer 17 Jan 2018 - 22:03

» Conférence au sujet du sacrifice et de l’oraison
par ami de la Miséricorde Mer 17 Jan 2018 - 21:42

» CLONAGE - Sur KTO le Vendredi 12 JANVIER 2018, à 20h40 - Mgr P. d'Ornellas, responsable du groupe de travail « Bioéthique » de la CEF ...
par Hercule Mer 17 Jan 2018 - 16:11

» Johnny Hallyday (ses obsèques) - Le salut éternel.
par ami de la Miséricorde Mar 16 Jan 2018 - 23:56

» 17 janvier Saint Antoine le Grand
par ami de la Miséricorde Mar 16 Jan 2018 - 23:32

» 17 janvier Sainte Roseline de Villeneuve
par ami de la Miséricorde Mar 16 Jan 2018 - 23:19

» 17 janvier Notre-Dame de Pontmain, libératrice de la France
par ami de la Miséricorde Mar 16 Jan 2018 - 23:09

» MOUVEMENT SACERDOTAL MARIAL - Don Laurent Larroque, circulaire du 1er janvier 2018 ...
par Hercule Mar 16 Jan 2018 - 1:48

» Conférence à propos du combat spirituel
par ami de la Miséricorde Lun 15 Jan 2018 - 23:00

» 16 janvier Saint Marcel 1er
par ami de la Miséricorde Lun 15 Jan 2018 - 22:02

» 16 janvier Saint Honorat d'Arles
par ami de la Miséricorde Lun 15 Jan 2018 - 21:58

» Tribulations - Préparation des refuges ...
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 13:31

» Eucharistie - La réponse de Pierantoni à Buttiglione - Voici pourquoi tout argument permettant la Communion pour les divorcés « remariés » échoue finalement ...
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 13:23

» Eucharistie - Entretien de Mgr Athanasius Schneider avec Rorate Caeli sur la « Profession des Vérités Immuables » et sur la Communion pour les « divorcés et remariés » ...
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 13:18

» Antagonismes - Plus de preuves que le Pontificat de François a été « détourné » par le « lobby gay » ...
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 13:13

» 12-09 - Fête du Saint Nom de Marie ...
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 12:01

» Maria de la Divine Miséricorde, vidéo 13 ... Ces prophéties sont TROP IMPORTANTES ….
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 4:05

» Monnaie de Singe - Le cours du Bitcoin poursuit sa chute, et se rapproche des 13 000 dollars
par Hercule Lun 15 Jan 2018 - 3:44

» 15 janvier Saint Macaire d'Egypte
par ami de la Miséricorde Dim 14 Jan 2018 - 22:01

» 15 janvier Saint Rémi
par ami de la Miséricorde Dim 14 Jan 2018 - 21:48

» 15 janvier Sainte Rachel
par ami de la Miséricorde Dim 14 Jan 2018 - 21:32

» Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
par Françoise Dim 14 Jan 2018 - 14:04

» CLONAGE - Clonage de Dolly 20 ans déja ce que la science a appris depuis - 2017-02-21 ...
par Hercule Dim 14 Jan 2018 - 11:51

» BIOETHIQUE - PMA, GPA : que dit l’Église catholique ? ...
par Hercule Dim 14 Jan 2018 - 10:35

» 14 janvier Bienheureuse Alfonsa Clerici
par ami de la Miséricorde Dim 14 Jan 2018 - 0:17

» 14 janvier Vénérable Anne de Guigné
par ami de la Miséricorde Dim 14 Jan 2018 - 0:02

» 13 janvier Bienheureuse Véronique de Binasco (de Milan)
par ami de la Miséricorde Sam 13 Jan 2018 - 1:05

» 13 janvier : Saint Hilaire de Poitiers
par ami de la Miséricorde Sam 13 Jan 2018 - 0:46

» Conversation entre le Dieu de Miséricorde et l’âme parfaite
par ami de la Miséricorde Sam 13 Jan 2018 - 0:30

» USA - Les États-Unis Condamnés par la Nature ... (documentaire choc) ...
par Hercule Ven 12 Jan 2018 - 14:29

» FRANCE - La tempête du siècle, France le 25, 26 et 27 Décembre 1999 ...
par Hercule Ven 12 Jan 2018 - 14:22

» 12 janvier Bienheureux Pierre-François Jamet
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Jan 2018 - 21:49

» 12 janvier Saint Aelred de Rievaulx
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Jan 2018 - 21:37

» 12 janvier Sainte Marguerite Bourgeoys
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Jan 2018 - 21:26

» 11 janvier Saint Paulin d'Aquilée
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Jan 2018 - 9:56

» 11 janvier Bienheureux Bernard de Scammacca
par ami de la Miséricorde Jeu 11 Jan 2018 - 9:44

» LA FRANCE - La France vue par les Rabbins ...
par Hercule Mer 10 Jan 2018 - 9:46

» 10 janvier Sainte Léonie Françoise de Sales Aviat
par ami de la Miséricorde Mar 9 Jan 2018 - 22:24

» 10 janvier Saint Grégoire de Nysse
par ami de la Miséricorde Mar 9 Jan 2018 - 22:11

Sujets les plus actifs
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
SEPTEMBRE LE MOIS DE SAINT MICHEL ARCHANGE
Prières de Protection, de Libération et de Guérison
Prophéties modernes et Messages pour la France...
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
Purgatoire dans le Nouveau Testament St Robert Bellarmin
Livre - "L'HEURE DES TENEBRES" par Don Raymond - Partie 1...
Le livre de l'Apocalypse
Livre - "La Mission Divine de la France" par le Marquis de la Franquerie...
Sujets les plus vus
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
- Virginie "Alliance des Coeurs Unis" - Consécration et Imposition du Scapulaire
FORUMACTIF.COM – Harcèlement et graves dysfonctionnements sur Lumen -
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
Association «L’Alliance des Cœurs Unis» - Informations le Parvis...
Virginie "Alliance des Coeurs Unis" - Acte de consécration
Le livre de l'Apocalypse
SEPTEMBRE LE MOIS DE SAINT MICHEL ARCHANGE
Prières de Protection, de Libération et de Guérison
Les posteurs les plus actifs de la semaine
ami de la Miséricorde
 
Hercule
 
Anne-Marie
 
Françoise
 
Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 20 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Anne Onime1

Nos membres ont posté un total de 1999 messages dans 1440 sujets
Mots-clés
Kabore catastrophes délivrance Marie enfants France clonage Rosaire James Messe Jean naturelle rose virginie chapelet Famille apocalypse François Défense saint Garabandal Tous Eucharistie Nativité islamisation avertissement
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 38 le Mer 20 Déc 2017 - 17:38
Annuaire des Sites amis


Partagez | 
 

 1876 - Apparition de Notre Dame de Pellevoisin à Estelle Faguette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hercule
Admin
avatar

Messages : 1173
Date d'inscription : 16/08/2017

MessageSujet: 1876 - Apparition de Notre Dame de Pellevoisin à Estelle Faguette   Lun 21 Aoû 2017 - 20:51

http://www.pellevoisin.net/estelle_faguette

Estelle Faguette

La vie d’Estelle Faguette

Dans une petite auberge, à Saint Memmie, près de Chalons en Champagne, le 12 septembre 1843, naît une petite Estelle, seconde fille de Victor et Antoine Faguette. Ces derniers, ruinés et réduits à une extrême pauvreté se retrouvent à Chalons comme concierges.

Toute petite, Estelle est éduquée chez les sœurs de Portieux, et en 1857 la famille s’installe à Paris pour trouver du travail. Estelle a 14 ans lorsqu’elle est placée en apprentissage chez une blanchisseuse ; dès que le temps le lui permet, elle se met au service des sœurs de saint Vincent de Paul et entrera dans cette communauté à l’âge de 17 ans, se dévouant aux pauvres à l’Hospice de la Charité.

En 1858, date des apparitions à Lourdes, Estelle tombe malade pour la première fois. Deux ans plus tard, elle entre au noviciat des Augustines Hospitalières de l’Hôtel Dieu de Paris. Mais son état de santé fragile l’oblige à quitter la vie religieuse.

http://www.pellevoisin.net/estelle_faguette

*****


http://www.pellevoisin.net/recit_apparitions

En 1865, Estelle entre au service de la famille de La Rochefoucauld jusqu’en 1875. Là, elle s’occupe des enfants et suivra la famille, de Paris au château de Montbel à Pellevoisin, dans le Berry.

Progressivement, une maladie sournoise lui provoque un long et douloureux calvaire. Le 29 août 1875, le professeur Pucquoy la déclare irrémédiablement perdue. Estelle se sent abandonnée et fatiguée. Elle prend la résolution de faire une demande à la Sainte Vierge en lui écrivant une lettre :

« O ma bonne mère…j’ai confiance en vous, ma bonne Mère, si vous voulez vous pouvez me guérir… ».

Estelle demande à une amie, Mlle Reiter, de déposer cette lettre à la petite grotte de Notre Dame de Lourdes que la famille de La Rochefoucauld avait fait construire dans le parc à la demande des enfants. L’état de santé d’Estelle devenant extrême, elle fut ramenée auprès de ses parents dans une maison, au centre du village, près de l’église et du cimetière !

Le 14 févier 1876, le médecin déclare : « Elle n’en a plus que pour quelques heures ». Dans la nuit…Estelle raconte : « Il était minuit, c’était le 15 février, je cherchais à me reposer quand tout à coup apparut le diable au pied de mon lit. Oh que j’avais peur !...A peine était-il arrivé que la Sainte Vierge apparut de l’autre côté…et me dit doucement : « Ne crains rien, tu sais bien que tu es ma fille…Courage, prends patience, mon Fils va se laisser toucher. Tu souffriras encore cinq jours, en l’honneur des cinq plaies de mon Fils, samedi tu seras morte ou guérie. Si mon Fils te rend la vie, je veux que tu publies ma gloire ». (Voir le récit des apparitions)

La paix revient désormais dans l’esprit d’Estelle qui se met à contempler la Vierge Marie et à ressentir la douceur qui émane de sa personne immaculée et remplie de grâce. Estelle alitée, fatiguée, ne parle pas de l’apparition dans l’immédiat à ses parents, mais elle en informa l’abbé Salmon, curé de Pellevoisin.

Le lendemain, dans la nuit, la Sainte Vierge réapparut en regardant Estelle avec bonté et lui dit : « Mon Fils s’est laissé attendrir, il te laisse la vie, tu seras guérie samedi ». Dans la nuit du 16 au 17, la Sainte Vierge se rend pour la troisième fois auprès d’Estelle : « J’ai montré cette lettre à mon Fils ». La Vierge Marie mentionne la lettre qu’Estelle lui avait écrite et fait déposer à la grotte de Montbel fin août 1875 ; entre temps, six mois s’étaient écoulés. Cette lettre fut retrouvée 10 mois plus tard, par hasard, juste avant la fête de l’Immaculée Conception.

« Je suis toute miséricordieuse… », « Courage, Patience, Résignation », « Tu publieras ma gloire ».Estelle essaya de dire comment elle n’en a pas eu le temps. La Sainte Vierge lui dit en partant : « Fais tous tes efforts ». C’était la 4ème apparition.

Estelle est guérie dans la nuit du 18 au 19 février. Elle raconte : « Après un moment de repos, je me sentais bien, je demandais l’heure, il était minuit et demi. Je me sentais guérie…c’était après la 5ème apparition ».

Son père qui la veillait put constater sa guérison. Le matin même, l’abbé Salmon vient lui porter l’Eucharistie. Sitôt qu’elle l’eut reçue, l’abbé acheva les prières liturgiques, les larmes aux yeux et la voix tremblante, et, la laissant en action de grâces, il constata qu’Estelle était totalement guérie, comme l’avait annoncé la Sainte Vierge lors de sa première visite.

Au cours de ces cinq apparitions, la Vierge Marie manifeste à Estelle son attention de Mère. Elle l’encourage et fortifie son courage dans l’espérance. Elle la stimule et éduque ses comportements, faisant jaillir de son cœur le plus vif amour pour son Fils. La réponse à la générosité d’Estelle et à son abandon fut sa guérison, intérieure et physique.

La Vierge Marie apparut à Estelle quinze fois, au long de l’année 1876. Estelle raconte : « Je ne pouvais assez dire qu’elle était belle. Elle a des traits réguliers, un teint blanc et rosé, plutôt un peu pâle, de grands yeux doux, elle sourit, elle me regarde avec bonté… ».

Au cours des apparitions, la Vierge Marie éduque Estelle : « Du calme mon enfant… », « Sois simple, que tes actions répondent à tes paroles… », « Je t’ai choisie, je choisis les petits et les faibles pour ma gloire ».

Lors de la 9ème apparition, c’est la révélation suprême de Marie à Estelle : celle du cœur de son Fils reposant sur sa poitrine, le scapulaire.

La Vierge Marie s’adresse alors à Estelle : « Depuis longtemps les trésors de mon Fils sont ouverts, qu’ils prient ». En disant cela, elle souleva la petite pièce de laine qu’elle portait sur la poitrine en disant : « J’aime cette dévotion…C’est ici que je serai honorée ».

Estelle poursuit : « J’aperçois un cœur rouge qui ressortait très bien, j’ai pensé de suite que c’était le scapulaire du Sacré Cœur ». (dessin du scapulaire fait par Estelle)

A la 12ème apparition, c’est le mystère du silence de Marie : « Elle ne m’a rien dit, puis elle jeta les yeux sur moi et m’a regardée avec beaucoup de bonté et partit ».

C’est ainsi que Marie, par son silence, initie Estelle à la contemplation.

Le 8 décembre 1876, fête de l’Immaculée Conception, après la grand messe, en présence de plusieurs témoins, la Vierge Marie apparaît à Estelle pour la dernière fois. Pleine d’émotion, Estelle raconte :

« Elle était plus belle que jamais ; il y avait autour d’elle sa guirlande de roses comme au mois de juillet, puis elle me dit : « Ma fille rappelle-toi mes paroles », et, à ce moment-là, je les revis toutes depuis le mois de février ».

Instant inoubliable pour Estelle : « La Sainte Vierge tenait son scapulaire des deux mains : il était ravissant, je l’admirais tandis qu’un parfum exquis s’exhalait de la couronne de roses ».

« Je serai invisiblement près de toi » est une des dernières paroles que la Vierge Marie laissa à Estelle.

L’année 1876 s’achève, marquée par ces événements vécus par Estelle. Il s’agit bien d’une « guérison - résurrection ». C’est le mystère Pascal d’Estelle, vécu à l’école de Marie, avec elle.

Dès sa guérison, Estelle reprit son travail auprès de la famille de La Rochefoucault et, répondant à la demande de la Sainte Vierge, elle n’aura de cesse de publier la gloire de Marie à travers diverses démarches. Une archiconfrérie fut érigée en 1894. Estelle alla à Rome fin janvier 1900, où le Pape Léon XIII la reçut favorablement et ordonna par décret du 4 avril 1900 la diffusion du Scapulaire du Sacré-Cœur.

Estelle, à l’âge de 80 ans, demanda à être admise dans le Tiers-Ordre Dominicain. Elle mourut le 23 août 1929, à 86 ans. Jusqu’à ses derniers moments, elle fut inébranlable dans sa foi aux apparitions et au Message de la Vierge. Elle repose au cimetière de Pellevoisin, près de la tombe du chanoine Salmon, mort le 9 juin 1922 à Pellevoisin, après avoir affirmé jusqu’au bout lui aussi sa foi aux apparitions.

+ + + + +


http://www.pellevoisin.net/recit_apparitions

Récit des apparitions

Extraits du récit des quinze apparitions
par Estelle Faguette

PREMIERE APPARITION
Nuit du lundi 14 au mardi 15 février 1876
Je cherchais à me reposer, quand tout à coup apparut le diable au pied de mon lit… A peine était-il arrivé que la Sainte Vierge apparut de l’autre côté, dans le coin de mon lit… Elle lui dit sèchement :
« Que fais-tu là ? Ne vois-tu pas qu’elle porte ma livrée et celle de mon Fils ? »
Il disparut en gesticulant.
Alors elle se retourna vers moi et me dit doucement :
« Ne crains rien, tu sais bien que tu es ma fille ? ».
…« Courage , prends patience ; mon fils va se laisser toucher. Tu souffriras encore cinq jours, en l’honneur des cinq plaies de mon fils. Samedi, tu seras morte ou guérie. Si mon Fils te rend la vie, je veux que tu publies ma gloire. »
Aussitôt je vis entre elle et moi une plaque de marbre blanc que je reconnus pour être un ex-voto. Je luis dis : Mais ma bonne Mère, où faudra-t-il le faire poser ? Est-ce à Notre-Dame des Victoires, à Paris ou à Pellevoi… ? Elle ne me donna pas le temps d’achever le mot Pellevoisin. Elle me répondit :
« A Notre-Dame des Victoires, ils ont bien assez de marques de ma puissance, au lieu qu’à Pellevoisin, il n’y a rien. Ils ont besoin de stimulant ».
… Je lui promis de faire ce qui dépendrait de moi pour sa gloire. Elle me dit encore : « Courage, mais je veux que tu tiennes ta promesse. »


DEUXIEME APPARITION
Nuit du mardi 15 au mercredi 16 février 1876
La seconde nuit, je revis le diable… La Sainte Vierge parut presque aussitôt que lui et elle me dit :
« N’aie donc pas peur, je suis là. Cette fois, mon Fils s’est laissé attendrir, il te laisse la vie ; tu seras guérie samedi. »
Là-dessus je répondis : « Mais ma Bonne Mère, si j’avais le choix, j’aimerais mieux mourir pendant que je suis bien préparée. » Alors la Sainte Vierge me dit en souriant :
« Ingrate, si mon Fils te rend la vie, c’est que tu en as besoin. Qu’a-t-il donné à l’homme sur la terre de plus précieux que la vie ? En te rendant la vie, ne crois pas que tu seras exempte de souffrances ; non, tu souffriras et tu ne seras pas exempte de peines. C’est ce qui fait le mérite de la vie. Si mon fils s’est laissé toucher, c’est par ta grande résignation et ta patience. N’en perds pas le fruit par ton choix. Ne t’ai-je pas dit : S’il te rend la vie, tu publieras ma gloire ? »
Le marbre blanc était présent, et à côté, autant de papier de soie blanc qu’il y avait d’épaisseur de marbre cela en formait une quantité. Je cherchai à soulever quelques feuillets, cela me fut impossible. La Sainte Vierge me regardait toujours souriant.
« Maintenant regardons le passé. » Son visage devint un peu plus triste, mais toujours très doux… Je garde le silence sur ce que la Sainte Vierge me dit en particulier. Je dirai seulement qu’elle me fit de graves reproches que j’avais bien mérités… La Sainte Vierge me regarda avec bonté, puis elle disparut sans rien dire. Combien j’avais de chagrin !


TROISIEME APPARITION
Nuit du mercredi 16 au jeudi 17 février 1876
La troisième nuit et la quatrième nuit, je revis le diable. Il se tenait si loin que c’est à peine si je distinguais ses gestes… La Sainte Vierge me dit :
« Allons, du courage mon enfant. »
…Elle me fit de nouveaux reproches, mais avec tant de douceur que je me suis rassurée.
« Tout ceci est passé ; tu as, par ta résignation, racheté ces fautes. » Elle me fit voir quelques bonnes actions que j’avais faites. C’était bien peu de chose à côté de mes fautes. La Sainte Vierge vit bien ma peine, car elle me dit :
« Je suis toute miséricordieuse et maîtresse de mon Fils. Ces quelques bonnes actions et quelques prières ferventes que tu m’as adressées ont touché mon cœur de mère entre autres cette petite lettre que tu m’as écrite, au mois de septembre. Ce qui m’a le plus touchée, c’est cette phrase : Voyez la douleur de mes parents, si je venais à leur manquer ; ils sont à la veille de mendier leur pain. Rappelez vous donc ce que vous avez souffert, quand Jésus votre fils fut étendu sur la Croix. J’ai montré cette lettre à mon fils ; tes parents ont besoin de toi. A l’avenir, tâche d’être fidèle. Ne perds pas les grâces qui te sont données, et publie ma gloire. »


QUATRIEME APPARITION
Nuit du jeudi 17 au vendredi 18 février 1876
La quatrième nuit a été à peu près de même que les autres. Je revoyais chaque nuit ce qu’elle m’avait dit les fois précédentes. Cette nuit-là, il me sembla qu’elle resta moins longtemps. Je voulais lui demander des grâces, mais je n’ai pas pu. Mes pensées se précipitaient. Je voyais dans mon esprit les paroles que la Sainte vierge m’avait répétées (…lors des apparitions précédentes).
Pourquoi, pendant que la Sainte Vierge était là, qui regardait, elle qui est si bonne et douce, n’ai-je pu rien lui demander ? Elle partit comme les autres nuits, en me répétant :
« Tu publieras ma gloire. »
J’essayai encore de dire : Comment ; je n’en ai pas eu le temps ; elle répondit en partant : « Fais tous tes efforts. »


CINQUIEME APPARITION
Nuit du vendredi 18 au samedi 19 février 1876
…La Sainte Vierge s’approcha au milieu de mes rideaux. Mon Dieu comme elle était belle ! Elle resta longtemps immobile sans rien dire ; elle se tenait au milieu d’une vapeur claire…Elle était souriante, elle me rappela mes promesses .
Je voyais ma plaque, mais cette fois elle n’était plus toute blanche. Il y avait aux quatre coins des boutons de roses d’or, dans le haut, un cœur d’or enflammé, avec une couronne de roses, transpercé d’un glaive. Voici ce qu’il y avait d’écrit : "J’ai invoqué Marie au plus fort de ma misère. Elle m’a obtenu de son fils ma guérison entière."
Je lui ai promis de nouveau de faire tout ce qui dépendrait de moi pour sa gloire. Elle me dit : « Si tu veux me servir, sois simple et que tes actions répondent à tes paroles. »
Je lui ai demandé si, pour la servir, je devais changer de position. Elle m’a répondu : « On peut se sauver dans toutes les conditions ; où tu es, tu peux faire beaucoup de bien et tu peux publier ma gloire. »
Après un petit instant, elle me dit (à ce moment elle devint triste) :
« Ce qui m’afflige le plus, c’est le manque de respect qu’on a pour mon Fils dans la Sainte Communion, et l’attitude de prière que l’on prend, quand l’esprit est occupé d’autres choses. Je dis ceci pour les personnes qui prétendent être pieuses. »
Après ces paroles, elle reprit son air souriant. Je lui ai demandé si je devais parler de ce qu’elle m’avait dit tout de suite ; la Sainte Vierge me répondit :
« Oui, oui, publie ma gloire ; mais avant d’en parler, tu attendras l’avis de ton confesseur et directeur. Tu auras des embûches ; on te traitera de visionnaire, d’exaltée, de folle ; ne fais pas attention à tout cela. Sois moi fidèle, je t’aiderai. » .
Je regardais toujours ; mes yeux la fixaient sans se fatiguer, et puis tout doucement la Sainte Vierge s’éloignait. Je n’ai jamais rien vu de si beau. Petit à petit elle disparaissait, il ne restait plus que la buée (douce clarté) qui était autour d’elle, et ensuite tout disparut.

A ce moment je souffrais horriblement … Je demandai l’heure, il était minuit et demi.
Je me sentais guérie, excepté mon bras droit, dont je n’ai pu me servir qu’après avoir reçu le bon Dieu…


SIXIEME APPARITION
Samedi 1er juillet 1876
…J’étais à genoux devant ma cheminée, quand, tout à coup, je vis la Sainte Vierge tout environnée d’une douce lumière, comme je l’ai déjà vue ; seulement je la vis tout entière, de la tête au pieds.
Quelle beauté et quelle douceur ! Son cordon de taille tombait presque au bas de sa robe. Elle était toute blanche et se tenait debout. Ses pieds étaient à la hauteur du pavé ; seulement le pavé avait l’air d’être baissé. En la voyant d’abord, elle avait les bras tendus, il tombait de ses mains comme une pluie.
Elle fixait quelque chose ; puis ensuite elle prit un des ses cordons, le porta jusqu’à sa poitrine où elle croisa ses mains. Elle souriait. « Du calme, mon enfant, patience, tu auras des peines, mais je suis là. »
Le cordon qu’elle tenait retomba…La Sainte Vierge resta encore un petit instant, puis elle me dit : « Courage, je reviendrai. ».


SEPTIEME APPARITION
Dimanche 2 juillet 1876
Fête de la visitation de la Sainte Vierge
…Je me suis mise à genoux et j’ai récité la moitié du Je vous salue, Marie. La Sainte Vierge était devant moi. …Elle était de même qu’hier, la pluie tombait de ses mains, et dans le fond clair qui l’environnait, il y avait une guirlande de roses…
« Tu as déjà publié ma gloire. »
« Continue. Mon fils a aussi quelques âmes plus attachées. Son cœur a tant d’amour pour le mien qu’Il ne peut refuser mes demandes. Par moi il touchera les cœurs les plus endurcis. » A ce moment, elle était si belle !
…Le papier que j’avais vu du 15 au 16 février me revint à l’esprit. Alors j’ai dit : Ma bonne Mère, que faudra-t-il faire de ce papier ? « Il servira à publier ces récits comme l’ont jugé plusieurs de mes serviteurs. Il y aura bien des contradictions, ne crains rien, sois calme.»
« Est-ce que ta guérison n’est pas une des plus grandes preuves de ma puissance? Je suis venue particulièrement pour la conversion des pécheurs. »



HUITIEME APPARITION
Lundi 3 juillet 1876
« Je voudrais que tu sois encore plus calme. Je ne t’ai pas fixé l’heure à laquelle je devais revenir, ni le jour. Tu as besoin de te reposer, je ne resterai que quelques minutes. »
Elle me dit souriante : « Je suis venue pour terminer la fête. » …


NEUVIEME APPARITION
Samedi 9 septembre 1876
octave de la nativité de la Sainte Vierge,
veille de la fête du Saint Nom de Marie
…Depuis plusieurs jours, j’avais le désir d’aller dans la chambre où je fus guérie. Enfin aujourd’hui, le 9 septembre, j’ai pu m’y rendre. Je finissais de dire mon chapelet quand la Sainte Vierge est venue.
« Tu t’es privée de ma visite le 15 août ; tu n’avais pas assez de calme. Tu as bien le caractère du Français. Il veut tout savoir avant d’apprendre, et tout comprendre avant de savoir. Hier encore je serais venue ; tu en as été privée. J’attendais de toi cet acte de soumission et d’obéissance. » A ce moment je compris très bien que si je ne m’étais pas soumise et si je n’avais pas obéi, j’aurais été privée de la voir davantage…
« Depuis longtemps les trésors de mon fils sont ouverts ; qu’ils prient. »
En disant ces paroles, elle souleva la petite pièce de laine qu’elle portait sur sa poitrine. J’avais toujours vu cette petite pièce, sans savoir ce que c’était, car jusqu’alors je l’avais vue toute blanche. En soulevant cette pièce, j’aperçus un cœur rouge qui ressortait très bien. J’ai pensé de suite que c’était un scapulaire du Sacré-Cœur. Elle dit en le soulevant : « J’aime cette dévotion. » Elle s’arrêta encore ; puis elle reprit : « C’est ici que je serai honorée. »


DIXIEME APPARITION
Dimanche 10 septembre 1876
fête du Saint Nom de Marie
Le 10 septembre, la Sainte Vierge vint à peu près à la même heure. Elle ne fit que passer en disant : « Qu’ils prient, je leur en montre l’exemple. » En disant cela, elle a joint ses mains, puis elle a disparu. Le coup des Vêpres sonnait.


ONZIEME APPARITION
Vendredi 15 septembre 1876
Octave de la nativité de la Sainte Vierge
« Je te tiendrai compte des efforts que tu as faits pour avoir le calme ; ce n’est pas seulement pour toi que je le demande, mais aussi pour l’Eglise et pour la France. Dans l’Eglise, il n’y a pas ce calme que je désire. »
Elle soupira et remua la tête, en disant : « Il y a quelque chose. » Elle s’arrêta. Elle ne me dit pas ce qu’il y avait, mais je compris tout de suite qu’il y avait quelque discorde. Puis elle reprit lentement : « Qu’ils prient et qu’ils aient confiance en moi. »
Ensuite la Sainte Vierge me dit tristement (elle ne pleurait pas) : « Et la France ! Que n’ai-je pas fait pour elle ! Que d’avertissements, et pourtant encore elle refuse d’entendre ! Je ne peux plus retenir mon fils. » Elle paraissait émue en ajoutant : « La France souffrira. » Elle appuya sur ces paroles. Puis elle s’arrêta encore et reprit : « Courage et confiance. » Alors, à cet instant je pensais en mon cœur : Si je dis ceci, on ne voudra peut-être pas me croire ; et la Sainte Vierge m’a comprise, car elle m’a répondu : « J’ai payé d’avance ; tant pis pour ceux qui ne voudront pas te croire, ils reconnaîtront plus tard la vérité de mes paroles. » Puis tout doucement elle partit.


DOUZIEME APPARITION
Mercredi 1er novembre 1876
Fête de la Toussaint
Enfin, aujourd’hui 1er novembre, je revis cette bonne Mère du ciel. Elle était comme toujours, les bras tendus, et portait le scapulaire qu’elle me fit voir le 9 septembre. En arrivant, comme toujours, elle fixait quelque chose que je ne pouvais pas voir ; puis elle regarda de tous côtés. Elle ne m’a rien dit. Puis elle jeta les yeux sur moi et m’a regardée avec beaucoup de bonté et partit.
Je ferai tout ce qui dépendra de moi pour votre gloire.



TREIZIEME APPARITION
Dimanche 5 novembre 1876
Vers 2 h ½, je suis allée dans ma chambre pour dire mon chapelet et lorsque je l’eus fini, je vis la Très Sainte Vierge. Elle était belle comme toujours. En la voyant je pensais que j’étais bien indigne de ses grâces et que tant d’autres que moi méritaient plus que moi ses faveurs et pouvaient davantage publier sa gloire. Alors elle me regarda et sourit en me disant :
« Je t’ai choisie. »
« Je choisis les petits et les faibles pour ma gloire . »
Elle s’arrêta encore et me dit :
« Courage, le temps de tes épreuves va commencer. »
Puis elle croisa ses mains sur sa poitrine et partit.



QUATORZIEME APPARITION
Samedi 11 novembre 1876
…Lorsqu’elle est venue, la Sainte Vierge était comme les autres fois, les bras tendus et avait son scapulaire. (Qu’il est donc beau, comme il ressort sur sa poitrine !) En arrivant, comme toujours, elle resta un bon moment sans rien dire, puis elle me regarda et me dit quelque chose pour moi. Puis elle me dit :
« Tu n’as pas perdu ton temps aujourd’hui ; tu as travaillé pour moi. »
(J’avais fait un scapulaire.) Elle était souriante, puis elle ajouta :
« Il faut en faire beaucoup d’autres. »
Elle s’arrêta assez longtemps, et après elle devint un peu triste, et me dit : « Courage » Et puis elle partit, en croisant ses mains sur sa poitrine. Elle cacha entièrement son scapulaire.



QUINZIEME APPARITION
Vendredi 8 décembre 1876
Fête de l’Immaculée Conception
Aujourd’hui après la grand-messe, j’ai revu cette douce Mère. Elle était plus belle que jamais ; il y avait autour d’elle sa guirlande de roses, comme au mois de juillet. En arrivant, tout d’abord, elle resta sans rien dire comme les fois précédentes ; puis elle me dit :
« Ma fille, rappelle toi mes paroles. »
A ce moment, je les revis toutes depuis le mois de février… Parmi ces paroles, j’en revis encore beaucoup d’autres. J’en garderai le secret. Tout ceci passa très vite. La Sainte Vierge me regardait toujours ; elle me dit :
« Répète les souvent ; qu’elles te fortifient et te consolent dans tes épreuves. Tu ne me reverras plus. »
Alors je me suis mise à crier : Qu’est-ce que je vais devenir sans vous ma Bonne Mère ? La Sainte Vierge m’a répondu :
« Je serai invisiblement près de toi. »
Je voyais à cet instant, dans le lointain, à gauche, une foule de gens de toute sorte ; ils me menaçaient et faisaient des gestes de colère. J’avais un peu peur. La Sainte Vierge souriait ; elle me dit :
« Tu n’as rien à craindre de ceux-ci. Je t’ai choisie pour publier ma gloire et répandre cette dévotion. »
La Sainte Vierge tenait son scapulaire des deux mains. Elle était si encourageante, que je lui dis : « Ma bonne Mère, si vous vouliez me donner ce scapulaire ? » La Sainte Vierge n’eut pas l’air d’entendre. Elle me dit en souriant :
« Lève toi et baise le. » Oh ! alors je me suis levée vivement. La Sainte Vierge se pencha vers moi et je l’ai baisé. Ce fut pour moi un moment de délices. Puis la Sainte Vierge se releva, et me dit, en parlant de son scapulaire :
« Tu iras toi-même trouver le Prélat, et lui présenteras le modèle que tu as fait. Dis-lui qu’il t’aide de tout son pouvoir, et que rien ne me sera plus agréable que de voir cette livrée sur chacun de mes enfants, et qu’ils s’appliqueront tous à réparer les outrages que mon fils reçoit dans le sacrement de son amour. Vois les grâces que je répands sur ceux qui le porteront avec confiance et qui t’aideront à le propager. »
En disant ceci, la Sainte Vierge étendit ses mains ; il en tombait une pluie abondante, et dans chacune de ces gouttes, il me semblait voir les grâces écrites telles que : piété, salut, confiance, conversion, santé ; en un mot toutes sortes de grâces plus ou moins fortes. Puis la sainte Vierge ajouta :
« Ces grâces sont de mon fils ; je les prends dans son Cœur ; il ne peut me refuser. »
Alors je dis : ma bonne Mère, que faudra-t-il mettre de l’autre côté de ce scapulaire ? La Sainte Vierge me répondit :
« Je le réserve pour moi ; tu soumettras ma pensée, et l’Eglise décidera. »
Je sentais que cette bonne Mère allait me quitter et j’avais du chagrin. Elle s’élevait doucement ; elle me regardait toujours, et me dit :
« Courage. S’il ne pouvait t’accorder tes demandes (la Sainte Vierge parlait du prélat), et qu’il s’offre des difficultés tu irais plus loin. Ne crains rien, je t’aiderai. »
Elle fit le demi-tour de ma chambre, et disparut à peu près où était mon lit.
Mon Dieu, que j’avais de la peine ! Merci, ma bonne Mère, je ne ferai rien sans vous.

http://www.pellevoisin.net/recit_apparitions

+ + + + +


http://www.pellevoisin.net/node/5

La lettre d'Estelle à la Vierge Marie


" Ô ma bonne Mère, me voici de nouveau prosternée à vos pieds. Vous ne pouvez pas refuser de m'entendre. Vous n'avez pas oublié que je suis votre fille et que je vous aime. Accordez-moi donc de votre divin Fils la santé de mon pauvre corps pour sa gloire.

Regardez donc la douleur de mes parents, vous savez bien qu'ils n'ont que moi pour ressources. Ne pourrai-je pas achever l'oeuvre que j'ai commencée? Si vous ne pouvez, à cause de mes péchés, m'obtenir une entière guérison, vous pourrez du moins m'obtenir un peu de force pour pouvoir gagner ma vie et celle de mes parents. Vous voyez, ma bonne Mère, ils sont à la veille de falloir mendier leur pain; je ne puis penser à cela sans être profondément affligée

Rappelez-vous donc les souffrances que vous avez endurées, la nuit de la naissance du Sauveur, lorsque vous fûtes obligée d'aller de porte en porte demander asile! Rappelez-vous aussi ce que vous avez souffert quand Jésus fut étendu sur la Croix. J'ai confiance en vous, ma bonne Mère; si vous voulez, votre Fils peut me guérir. Il sait que j'ai désiré vivement être du nombre de ses épouses, et que c'est en vue de lui être agréable que j'ai sacrifié mon existence pour ma famille qui a tant besoin de moi.

Daignez écouter mes supplications, ma bonne Mère, et les redire à votre divin Fils. Qu'il me rende la santé si tel est son bon plaisir, mais que sa volonté soit faite et non la mienne. Qu' Il m'accorde au moins la résignation entière à ses desseins et que cela serve pour mon salut et celui de mes parents. Vous possédez mon coeur, Vierge Sainte, gardez-le toujours et qu'il soit le gage de mon amour et de ma reconnaissance pour vos maternelles bontés. Je vous promets, ma bonne Mère, si vous m'accordez les grâces que je vous demande, de faire tout ce qui dépendra de moi pour votre gloire et celle de votre divin Fils.

Prenez sous votre protection ma chère petite nièce, et mettez-la à l'abri des mauvais exemples. Faites, ô Vierge Sainte, que je vous imite dans votre obéissance et qu'un jour je possède avec vous Jésus dans l'éternité."

Septembre 1875

http://www.pellevoisin.net/node/5

+ + + + +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation-apoc-key.forumactif.com
 
1876 - Apparition de Notre Dame de Pellevoisin à Estelle Faguette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 19 septembre 1846 Apparition de Notre Dame à la Salette
» Apparition de Notre-Dame de la Salette, commentaire du jour "Une lampe pour mes pas, ta parole, une lumière sur ma route (Ps 118,105)"
» Apparition de Notre-Dame de Lourdes 1858
» Apparition de Notre-Dame de Lourdes (1858) et commentaire du jour "La prière humble et insistante"
» LIPA apparition de Notre Dame officiellement déclaré Non-authentique (mise à jour)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS :: DES MILLIERS D'APPARITIONS MARIALES DANS LE MONDE :: Apparitions Mariales Reconnues Dans le Monde :: 1876-02-15 Notre Dame de Pellevoisin à Estelle Faguette-
Sauter vers: