FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS

Ce Forum Catholique a pour but de commenter nos temps actuels, à la lecture des prophéties de la Bible, du livre de Daniel et de l’Apocalypse de St Jean, en les comparant avec les prophéties modernes.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DECLARATION DES EVEQUES du 20 SEPTEMBRE 2018 (Loi PMA) premiers commentaires de bioethiquecatholique.fr
par azais Aujourd'hui à 16:13

» JEAN VAQUIÉ - La Bataille de Vouillé, 507 Fin de l'Antiquité, début du Moyen-Age ...
par Hercule Aujourd'hui à 2:07

» Jean Vaquié - Les principes de la vraie et de la fausse Mystique ...
par Hercule Aujourd'hui à 1:42

» 21 septembre Sainte Déborah
par ami de la Miséricorde Hier à 22:47

» 21 septembre Saint Matthieu Apôtre et Evangéliste
par ami de la Miséricorde Hier à 22:46

» Le Pape François est déroutant Il dit des très belles choses, parle du diable ...
par Hercule Hier à 22:45

» Du 21 au 29 septembre Neuvaine à St Michel Archange
par ami de la Miséricorde Hier à 22:13

» Mois de Saint Michel Archange
par ami de la Miséricorde Hier à 21:57

» Les saintes voies de la Croix du Vénérable Mr Boudon
par ami de la Miséricorde Hier à 21:49

» Homélie du Cardinal Robert Sarah pèlerinage Chartres 2018 ...
par Hercule Hier à 13:13

» Un livre "Contre la dictature du bruit" : conférence avec le cardinal Robert Sarah ...
par Hercule Hier à 13:09

» Un Evêque courageux - Voici une belle homélie de Mgr Cattenoz, pour la messe du Festival d'Avignon, et dont on ne se lasse pas ...
par Hercule Hier à 12:34

» Persécution - Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur : bientôt la fin ? ...
par Hercule Hier à 0:03

» 20 septembre Vigile de Saint Matthieu apôtre
par ami de la Miséricorde Mer 19 Sep 2018 - 23:50

» Les Cathares ... ou les Dessous du Catharisme ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 17:34

» SOS Discernement. org - La géobiologie - Savoir de quoi on parle ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 17:18

» SOS Discernement. Org - Ennéagramme. Réflexion des évêques américains ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 16:59

» SOS Discernement. org - Sophrologie, éléments de discernement ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 16:01

» "ALLIANCE DES COEURS UNIS" - Informations et Programme ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 15:45

» Communiqué de l’association de l’Alliance des Cœurs Unis pour le rappel à Dieu du Père Yannik Bonnet ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 14:14

» Lettre ouverte aux cardinaux de l’Église catholique ...
par Hercule Mer 19 Sep 2018 - 7:49

» 19 septembre : Saint Janvier de Bénévent
par ami de la Miséricorde Mar 18 Sep 2018 - 23:32

» 19 septembre : Sainte Marie-Emilie de Rodat
par ami de la Miséricorde Mar 18 Sep 2018 - 23:11

» 19/09/1846 : 1ère apparition de Notre-Dame de la Salette
par ami de la Miséricorde Mar 18 Sep 2018 - 22:48

» Dozulé - Les dix ultimes promesses de Jésus à Madeleine Aumont pour le monde entier ...
par Hercule Mar 18 Sep 2018 - 8:05

» Prions pour l'Eglise et pour nos deux Pontifes à Rome ...
par Hercule Mar 18 Sep 2018 - 0:34

» 18 septembre : Saint Joseph de Cupertino
par ami de la Miséricorde Lun 17 Sep 2018 - 23:05

» La Croix Glorieuse - Paraboles d'un curé de campagne ...
par Hercule Lun 17 Sep 2018 - 9:49

» Dozulé - Le témoignage de la voyante Madeleine Aumont ...
par Hercule Lun 17 Sep 2018 - 9:46

» 17 septembre Saint Robert Bellarmin
par ami de la Miséricorde Dim 16 Sep 2018 - 23:51

» 17 septembre : Sainte Hildegarde de Bingen
par ami de la Miséricorde Dim 16 Sep 2018 - 23:25

» Ste Faustine pour les âmes tuées dans le sein de leur mère
par ami de la Miséricorde Dim 16 Sep 2018 - 7:08

» 16 septembre : Sainte Mechtilde (Mathilde) de Magdebourg
par ami de la Miséricorde Dim 16 Sep 2018 - 7:00

» Michel Nostradamus (1503 + 1566), un Prophète Très Chrétien ! ...
par Hercule Sam 15 Sep 2018 - 9:42

» JF Lavère - Enquête sur la datation de la Vie de Jésus éclairée par l’harmonie des évangiles et par les apports de Maria Valtorta ...
par Hercule Sam 15 Sep 2018 - 0:24

» JF Lavère - Enquête sur la datation de la Vie de Jésus éclairée par l’harmonie des évangiles et par les apports de Maria Valtorta ...
par Hercule Sam 15 Sep 2018 - 0:24

» 15 septembre Sainte Catherine de Gênes
par ami de la Miséricorde Sam 15 Sep 2018 - 0:18

» 15 septembre : Notre-Dame des Douleurs
par ami de la Miséricorde Sam 15 Sep 2018 - 0:10

» Les Vikings de l’Adour - Conférence de Joël Supéry présentée par Hugo Verlomme ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 10:21

» Le Cartulaire de Dax, appelé aussi " Livre rouge " ("Liber rubeus") de la Cathédrale de Dax ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 10:11

» LA CROIX GLORIEUSE "Le Signe du Fils de l’Homme" - Message du Christ Jésus à Dozulé (Calvados) ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 9:04

» Message du Christ à Martine le 21 Aout 2014 - Garde au cœur L’ESPÉRANCE C’est L’Amour qui libère ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 8:56

» Message du Christ à Martine le 29 Aout 2014 - Le retour du BON roi au printemps ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 8:55

» Message du Christ à Martine le 30 Aout 2014 - DIEU donne UN roi ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 8:53

» Fête de la Croix Glorieuse le Dimanche 16 Septembre 2018 à Dozulé - Madeleine parle enfin et témoigne ! ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 8:47

» Le Sanctuaire de DOZULE - Ultime Message pour le Monde ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 8:38

» Jésus de Nazareth et le nombre d'or de la grande pyramide ...
par Hercule Ven 14 Sep 2018 - 7:57

» 14 septembre La Croix glorieuse ou Exaltation de la Croix
par ami de la Miséricorde Ven 14 Sep 2018 - 0:13

» 13 septembre : Saint Jean Chrysostome
par ami de la Miséricorde Mer 12 Sep 2018 - 23:03

» Ste Faustine à l'Ange exécuteur de la colère de Dieu
par ami de la Miséricorde Mer 12 Sep 2018 - 22:52

» L'ouverture des portes aux esprits impurs
par ami de la Miséricorde Mer 12 Sep 2018 - 22:28

» 12 septembre Sainte Ketevan de Georgie
par ami de la Miséricorde Mer 12 Sep 2018 - 10:30

» 12 septembre Saint Nom de Marie
par ami de la Miséricorde Mer 12 Sep 2018 - 10:22

Sujets les plus actifs
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
Les saintes voies de la Croix du Vénérable Mr Boudon
Don Guéranger pour le Carême
MAI, le mois de Marie
Mois de Saint Joseph
SAINT MICHEL ARCHANGE - SEPTEMBRE, le mois de saint Michel Archange ...
DELIVRANCE ET EXORCISMES - Prières de Protection, de Libération et de Guérison ...
Prophéties modernes et Messages pour la France...
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
Sujets les plus vus
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
VIRGINIE - Association « L’Alliance des Cœurs Unis » ... Consécration et Imposition du Scapulaire ...
Prière de Protection, de Libération et de Guérison par le Très Précieux Sang de Jésus
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
Agnès-Marie "Joie de Dieu" - Message du 24 mai 1999 ...
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
FORUMACTIF.COM – Harcèlement et graves dysfonctionnements sur Lumen -
VIRGINIE - Association « L’Alliance des Cœurs Unis » ... Informations le Parvis...
DELIVRANCE ET EXORCISMES - Prières de Protection, de Libération et de Guérison ...
VIRGINIE - "LES SECRETS DU ROI - Que Ton Règne arrive !" - Présentation ...
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Hercule
 
ami de la Miséricorde
 
azais
 
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 24 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est MarieMadeleine

Nos membres ont posté un total de 4009 messages dans 2825 sujets
Mots-clés
bioéthique Eucharistie virginie père Famille Propositions juin délivrance Millions libération islamisation croix euthanasie Garabandal graal Guerre Guerres carême France beltrame lumen saint clonage avortement Rosaire Syrie
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 38 le Mer 20 Déc 2017 - 17:38
Annuaire des Sites amis


Partagez | 
 

 Madame Andrée Renoncé-Chazaux (21-12-1924 + 27-08-1999), par sa nièce ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Hercule
Admin
avatar

Messages : 2023
Date d'inscription : 16/08/2017

MessageSujet: Madame Andrée Renoncé-Chazaux (21-12-1924 + 27-08-1999), par sa nièce ...   Mar 10 Juil 2018 - 22:54

Madame Andrée Renoncé-Chazaux (21-12-1924 + 27-08-1999), par sa nièce ...


Sa petite enfance

Andrée est née le 21 décembre 1924 à Saint-Germain-des-Prés, au cœur de Paris. Consacrée enfant de Marie à sa naissance par sa mère, elle portera des vêtements blancs jusqu’à l’âge de six ans. Le blanc est assez contraignant à porter pour une enfant.
Elevée en petite princesse, elle travaille bien à l’école et part tous les jours se promener dans le taxi de son père ou de son oncle. Son père « obligeait » sa mère à l’emmener au moins deux heures par jour en promenade au parc Monceau.


Après six ans, l’épicerie

Survient la ruine de son père et la famille doit déménager. Au lieu des beaux quartiers de Paris, la banlieue mal famée de Saint-Denis.

Très jeune, Andrée donnera de grandes satisfactions à ses parents par son excellent travail scolaire et par son intelligence. Son père l’appelait : « Mademoiselle je-sais-tout ».
Elle tient seule, dès l’âge de sept ans, la boutique prise en gérance par sa mère, permettant à sa mère de se reposer.
Elle travaille chez des voisines : repassage, lavage de vitres…afin de se payer des vacances.
Enfant pauvre, elle porte des chaussures trop petites, et elle s’en fabriquera elle-même une paire afin de parer à son mal aux pieds continuel. Une fois, elle portera des chaussures de garçon à sa taille.
Elle se différencie des enfants de son quartier par son excellente éducation et sa tenue. Elle est toujours très bien habillée grâce au talent de couturière de sa mère.

Vers l’âge de sept ans, elle fit un rêve étrange. Elle se vit « voler » au-dessus de la France portant sur les épaules une grande cape bleue Roy couverte de fleurs de Lys et tenant un sceptre dans la main. Elle raconta à sa mère stupéfaite ce rêve étrange qui la marqua tout au long de sa vie. Deux ans plus tard, elle dit à sa mère : je voudrais pratiquer l’équitation. Pourquoi ? demande cette dernière. La réponse fusa : « afin de retrouver les gens du milieu que j’ai perdu. »

Dans son enfance, la pauvreté était si grande qu’Andrée n’osait inviter ses camarades de classe à la maison. Pourtant, un jour, des camarades se présentent et sa mère entreprend aussitôt, avec un peu de farine et d’autres ingrédients, de faire un pauvre gâteau. Pour ses petites amies ce gâteau restera gravé dans leur mémoire comme le meilleur…

Enfant, un seul livre existait à la maison car ses parents ne pouvaient pas en acheter d’autres, elle lisait et relisait ce livre.
Cette pauvreté générale était bien cachée aux yeux de tous. Car Andrée était une enfant brillante, courageuse, toujours bien habillée grâce au talent de sa mère, et d’une éducation remarquable.
Ses bons résultats scolaires étaient la compensation désirée. Très jeune, Andrée se promit de bien travailler afin d’avoir une bonne situation pour aider le plus tôt possible ses parents. Elle y parvint rapidement.

Mais, dans cette famille pauvre, une grande richesse existait : l’amour des uns pour les autres, et également une grande protection de Dieu comme nous allons le constater par certains faits survenus à cette époque.

Surpris par sa forte personnalité, sa morale et son intelligence, des amis aisés de ses parents voulurent « l’adopter » afin de lui faire suivre des études universitaires. Mais, malgré la pauvreté, elle était riche de l’amour de ses parents et elle ne voulut pas les quitter.
Lorsqu’elle eut quatorze ans, mon propre grand-père, qui voulait créer une affaire au Paraguay, demanda aux parents d’Andrée de l’emmener avec lui, car il s’était aperçu qu’elle était une excellente comptable et secrétaire. Là encore, refus…


Protection et « miracles »

Sa mère l’a mise au monde sans aucune douleur.

Ses premières paroles de bébé furent une phrase : « Je veux cocoter ma vivotée ». Sa mère discutait avec sa sœur, sans prêter attention au bébé qui jouait sous la table, quand Andrée dit cette phrase traduite aussitôt par sa tante : la petite a faim. Elle a parlé très tôt.

Le jour de sa « communion » (première communion) à la Basilique de Saint Denis, une inconnue entra dans la boutique et remit à la fillette une belle image du Sacré-Cœur. Elle lui fit promettre de la garder toujours sur elle car Jésus la protégerait ainsi. Andrée garda celle-ci dans son portefeuille toute sa vie. Cette femme, connue de personne dans le quartier, ne réapparut jamais. Comment savait-elle qu’Andrée faisait sa communion ce jour-là ? Qui était-elle ?

Durant la guerre, une pénurie régnait. Les Français avaient droit à un litre de vin par jour. Andrée sert à la boutique et remarque qu’il ne reste plus que deux litres de vin. Mais elle put servir du vin jusqu’à la fermeture du magasin car il y avait toujours des bouteilles dans les casiers !

Un soir, son père demande à sa fille de porter une part de ragoût et de la soupe à un pauvre qui se trouve dehors : C’était l’hiver, la fontaine était gelée, il faisait froid. La maman donne une part dans une cantine et demande à sa fille de la porter. (La cantine, à cette époque, désignait un récipient fermé pour porter le repas aux ouvriers). Andrée s’exécute et se rappellera toujours des beaux yeux et du regard d’amour de cet homme. La cantine réapparut propre et nette dans la boutique, sans que la porte ne sonne pour annoncer la venue d’un client. Après « enquête », personne n’avait remarqué la venue de ce pauvre…

Durant la guerre, Andrée dut s’aliter suite à une grosse grippe. Sa mère lui dit de garder le lit sans sortir. Mais Andrée savait que sa tante venait d’accoucher d’une petite fille. Et, profitant de l’absence de sa mère, elle sortit et courut à l’hôpital rendre visite à sa nouvelle petite cousine. A son retour, elle aperçut beaucoup de monde dans la rue, ainsi que les pompiers, puis son père appelant sa fille de tous côtés. Elle se jette dans ses bras et le rassure. Il lui explique qu’une bombe vient de tomber dans le quartier. Suite à la déflagration, la fenêtre de la chambre d’Andrée a volé en éclats : Si elle était restée dans son lit, elle serait défigurée ou gravement blessée.

Tout au long de sa vie, Andrée sera guidée par la Providence. Plus tard elle tombera gravement malade. C’était afin de lui faire comprendre qu’elle devait cesser toutes ses activités éducatives et autres. C’était pour lui permettre, quelque temps après, de se consacrer uniquement aux affaires de Dieu, de rencontrer Sophie, sa fille de cœur, et de cheminer avec elle par la suite.

Au début de leur rencontre, Alice, l’amie polonaise de Sophie, fit un rêve prémonitoire. Elle vit inscrites sur un portail doré les dates de naissance, et de décès (qu’elle refusa de donner), d’Andrée. Dans son rêve une voix lui disait : Cette femme est gravement malade. Je la laisse en vie en la guérissant afin qu’elle s’occupe de Sophie comme le ferait une mère.


Une carrière professionnelle fulgurante. Des actes de grande Résistante

Par manque d’argent pour les payer, elle arrête ses études tôt et décide de rentrer dans la vie active.

A quatorze ans, elle gagna la deuxième place d’un concours de comptabilité pour adultes. Sa mère dut la maquiller et lui fit porter de hauts talons afin de la vieillir.


Puis vient la guerre.

A dix-sept ans, brillante sténographe-comptable, elle entra au Ministère des Finances. Deux ans plus tard elle devint secrétaire, proche du grand patron, au Ministère des Prisonniers de Guerre, Avenue Foch. Intelligente et consciencieuse, elle excelle dans son travail et on lui fait confiance. A cette époque, elle gagnait trois fois le salaire de son père. Cela lui permit de meubler ses parents et de redécorer leur petit appartement : poste de radio, jolis rideaux…

A dix-neuf ans. Son patron direct est le futur créateur de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (I.N.S.E.E.). Il fabrique des fausses cartes d’identité pour les prisonniers français qui s’évadent.  
Il a peur d’un contrôle de la « Geheime Staatspolizei » (Gestapo) et il met Andrée dans la confidence en lui disant : Si la Gestapo vient perquisitionner, je vous confierai le dossier. Cachez-le bien !  
Ce jour arrive. Andrée, appelée dans le bureau, prend le dossier, le cache, puis rentre chez elle. La Gestapo procède à une fouille méticuleuse.
Le lundi matin, convoquée dans le bureau, elle doit montrer sa cachette : le dossier punaisé sous une armoire vide ouverte. Car personne, ni le patron, ni la Gestapo, ne l’avait trouvé. Là elle gagne de nouveaux galons et triple son salaire.

Durant la même période, elle transporte les fausses cartes dans son sac, lorsque survient un contrôle de papiers par les Allemands dans le métro. Panique si on découvre les cartes. Elle prie intérieurement. Et Dieu est là. Au moment d’être fouillée, elle perd sa culotte en coton, lourde, tricotée par sa mère, les Allemands rient et la laissent passer. Encore une fois sauvée.

Elle trouve du travail à un jeune garçon de son quartier qui était soutien de famille. Vingt ans plus tard, il la retrouve sur le marché et clame très haut à la ronde que cette femme a sauvé sa famille de la misère pendant la guerre.

A cette époque, le Ministre des Prisonniers de Guerre se trouve être un certain François Mitterrand.
Le Ministère veut organiser un concours de secrétaires afin que les jeunes filles soutien de famille obtiennent un emploi. Un million de francs doit ainsi être réparti entre ces deux jeunes filles.
Le jour du concours, Andrée s’aperçoit que les jeunes filles ne sont pas les mêmes, mais qu’il s’agit de « petites cocottes », « amies » de certains messieurs travaillant au ministère. Andrée fait aussitôt un scandale et menace de dénoncer l’affaire.
Tout est fait pour l’arrêter. On lui propose de l’argent, des voitures, une maison. Jusqu’au beau-frère du ministre, Monsieur Roger Hanin, qui vient se vendre.
Elle refuse tout en bloc. Elle dit qu’elle se taira seulement si les bonnes jeunes filles passent enfin ce concours.
Le premier million avait disparu et l’on en trouva un autre à partager entre les nouvelles concurrentes.

Après la guerre, elle est ensuite proposée pour devenir la secrétaire d’un certain de Gaulle. Mais son père le lui interdit formellement en disant : « Ce gars-là n’a pas d’avenir. »


La directrice d’école

Ayant travaillé comme salariée quelques années, sans jamais accepter de devenir fonctionnaire, elle ambitionne d’ouvrir sa propre école de comptabilité. Elle a alors vingt-cinq ans.

Durant cinq ans, elle a travaillé tout en donnant des cours aux adultes le soir. Elle a accumulé ainsi les diplômes voulus. Elle ouvre à vingt-cinq ans son école. Au cours d’un congrès, elle retrouvera un de ses anciens professeurs de l’Ecole Normale Nationale d’Apprentissage (E.N.N.A.) qui racontera son histoire à l’auditoire : A cause d’elle, deux nouvelles lois sont promulguées concernant cette Ecole Normale. Interdiction d’ouvrir une école avant l’âge de trente ans. Pas le droit de quitter l’Education Nationale sans avoir rendu au moins dix ans de services à l’Etat. Elle avait démissionné de l’Education Nationale car, en tant que célibataire, on l’avait mutée à Dijon.

Les débuts sont difficiles.  Elle loue un petit local, rue des Boucheries, à Saint-Denis, ouvre le Cours Moderne avec les économies de sa mère en plus des siennes.

Elle démarre avec 3 élèves et se retrouvera en fin de carrière avec 350 élèves. Réputée pour l’excellence de sa formation et la moralité de l’école qui prend le nom d’Institut Moderne, les patrons d’entreprise recrutent chez elle.

Elle formera des amies qui souhaitent changer de profession ainsi que des jeunes filles de sa famille, mais le favoritisme ne sera pas admis : Sa filleule Françoise est scolarisée chez elle. A la rentrée scolaire, Andrée demande que les livres soient recouverts pour le lundi suivant. Les élèves qui n’auront pas obéi auront un zéro. Françoise, qui à l’époque vivait chez Andrée, se crut favorisée, étant de la famille, et ne s’exécuta pas. Cela lui valut un beau zéro.

Mais Andrée, par sa justice qui excluait le favoritisme, avait le respect de ses élèves et des parents. Elle pouvait remplacer chaque professeur, une quinzaine en tout. Elle était la confidente de ses élèves. Très humaine, elle réconciliait parents et enfants. Elle orientait les élèves vers leurs désirs : elle n’orientait pas vers la profession de secrétaire si l’élève ne le désirait pas, mais vers une autre profession.

Quand elle sut sa mère près de la fin, elle quitta de nombreux mois son école afin d’assister sa mère jusqu’au bout.  

Elle créa également, parallèlement, un cours de formation par correspondance, il en existait peu à cette époque.


L’apogée de sa carrière et l’appel sur la montagne

Devant ses nombreux succès, elle reçut en 1964 le Diplôme d’Encouragement au Bien des mains de Monsieur Poher.

A la rentrée 1968, elle se rend compte d’un malaise grandissant dans l’éducation et elle décide de « décrocher » tout doucement.

Pour cela, elle se rapproche de sa passion de toujours : la décoration.
Elle ouvre son « grenier », au dernier étage de son école, et vend de beaux objets provenant essentiellement de la Pologne et du Canada. Quand il aura pris connaissance de la suite du récit, le lecteur sera étonné de la coïncidence au sujet de ces deux Pays.
Elle est également gérante d’une boutique d’antiquités au « Village Suisse » à Paris.

Elle travaille aussi quelques jours par mois à des sessions comme sténographe parlementaire au Parlement Européen.

A une certaine époque, elle gère donc quatre postes en même temps. Mais toute cette activité a un coût. Et, surmenée de fatigue, elle tombe gravement malade. Durant un an elle subit sept cambriolages.
Elle doit cesser toute activité. Elle vend son école et son nom séparément. Et elle reste couchée chez elle pendant plus d’un an.

Elle sait qu’elle est très gravement malade : Elle a un début de cancer au ventre et la tuberculose : une infection de bacille de Koch.
Elle se tourne vers la prière, elle rencontre des philosophes et des théologiens.

Elle décide de partir seule en Pèlerinage à la Sainte Baume prier sa Sainte préférée : Marie-Madeleine. Arrivée et guidée au lieu des pèlerinages (voir au chapitre suivant), elle monte jusqu’à la petite Chapelle.
Là, elle a soudain la vision du Christ en Croix. C’est le premier critère d’une grande mystique, d’après les critères du Docteur Assailly, spécialiste des mystiques. Elle nous raconta que Jésus souffrant était un homme très bien charpenté et non très maigre comme on a tendance à le représenter.
Puis elle décida de dormir sur place dans la petite chapelle, sans couverture. Elle sentit soudain une grande chaleur, comme si on la recouvrait de quelque chose. Sa toux disparut également et, à son retour à Paris, elle constata qu’elle était complètement guérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation-apoc-key.forumactif.com
 
Madame Andrée Renoncé-Chazaux (21-12-1924 + 27-08-1999), par sa nièce ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Secret de Madame Royale, de André Castelot
» Portrait du Canadien André Bessette qui sera canonisé le 17 octobre
» Frère André canonisé le 17 octobre prochain
» Saint frère André
» Dupin (Charles-André)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS :: ANDREE RENONCE-CHAZAUX "FEMME DE FRANCE" :: Madame Andrée Renoncé-Chazaux "Femme de France" - Présentation-
Sauter vers: