FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS

Ce Forum Catholique a pour but de commenter nos temps actuels, à la lecture des prophéties de la Bible, du livre de Daniel et de l’Apocalypse de St Jean, en les comparant avec les prophéties modernes.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» 24 février Bienheureuse Ascensión del Corazón de Jesús
par ami de la Miséricorde Hier à 22:58

» 24 février Bienheureux Thomas-Marie Fusco
par ami de la Miséricorde Hier à 22:49

» Dom Pius Parsch : Station Saint Pierre
par ami de la Miséricorde Hier à 22:34

» Les souffrances du Seigneur me transpercent l’âme
par ami de la Miséricorde Hier à 22:19

» Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
par ami de la Miséricorde Hier à 22:08

» Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
par Anne-Marie Hier à 20:44

» L'ANTECHRIST - Mgr Fulton Sheen sur le Faux Prophète et l'Antéchrist ...
par Hercule Hier à 12:36

» CHEMIN DE CROIX VENDREDIS DE CAREME
par ami de la Miséricorde Hier à 10:33

» 23 février Bienheureuse Giovannina Franchi
par ami de la Miséricorde Jeu 22 Fév 2018 - 23:47

» 23 février Saint Polycarpe de Smyrne
par ami de la Miséricorde Jeu 22 Fév 2018 - 23:33

» Don Guéranger pour le Samedi après les Cendres
par ami de la Miséricorde Jeu 22 Fév 2018 - 23:16

» PAPE FRANCOIS - Non à la morale du « on peut, on ne peut pas » - Le pape demande aux jésuites du Chili et du Pérou d’aider l’Eglise au discernement ...
par Hercule Jeu 22 Fév 2018 - 2:19

» Les cahiers de l'Amour - Luigi Gaspari
par Hercule Jeu 22 Fév 2018 - 0:57

» 22 février Bienheureuse Isabelle de France
par ami de la Miséricorde Jeu 22 Fév 2018 - 0:06

» 22 février Sainte Marguerite de Cortone
par ami de la Miséricorde Mer 21 Fév 2018 - 23:49

» BIOETHIQUE - Révision 2018 de la LOI BIOETIQUE - La Parole est à Bruno de Vergeron ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 23:43

» Soulage Ma tristesse mortelle, distribue Ma Miséricorde
par ami de la Miséricorde Mer 21 Fév 2018 - 23:37

» BENOIÎT XVI - SON ETAT DE SANTE - Béatrice, tu exagères ! Dès l'abord, je rétablis la vérité ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 23:11

» BIOETHIQUE - SCIENCE EN CONSCIENCE - L’embryon humain vu par les scientifiques ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 23:04

» SOEUR MARIE LATASTE -  Livre 2, chapitre 1 – Le verbe de Dieu fait homme ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 17:44

» SOEUR MARIE LATASTE - Livre 1 - Dieu, la Sainte Trinité ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 17:18

» URRS - [In Memoriam] Février 1931 : La rafle de la communauté catholique de Moscou ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 17:00

» MYSTERE - Herman TREIL - Du carré sacré antique au Graal, le Retour du Christ ! ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 11:50

» BIOETHIQUE - Mgr Michel Aupetit : Même si c’est joué d’avance, cela ne nous empêche pas de parler ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 11:02

» La Lettre de Paix liturgique N° 632 du 20 Février 2018 - « On nous a changé la religion ! » : le grand effondrement de 1965 ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 10:32

» Bonjour à vous
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 10:25

» SYRIE – Lettre ouverte du Pr. Elias Zahlaoui aux évêques et cardinaux étasuniens ...
par Hercule Mer 21 Fév 2018 - 2:18

» 21 février Saint Pierre Damien
par ami de la Miséricorde Mar 20 Fév 2018 - 23:08

» 21 février Saint Robert Southwell
par ami de la Miséricorde Mar 20 Fév 2018 - 22:37

» Bx Cardinal Schuster pour le Mercredi des Quatre Temps
par ami de la Miséricorde Mar 20 Fév 2018 - 22:25

» 1969-05-02 - Apparition de Notre Dame des Roses à San Damiano - Messages de Notre-Dame des Roses ...
par Hercule Mar 20 Fév 2018 - 18:32

» 1968-05-31 - Apparition de Notre Dame des Roses à San Damiano - Messages de Notre-Dame des Roses ...
par Hercule Mar 20 Fév 2018 - 18:29

» 20 février Sainte Jacinta Marto
par ami de la Miséricorde Lun 19 Fév 2018 - 22:47

» 20 février : Saint Eucher d'Orléans
par ami de la Miséricorde Lun 19 Fév 2018 - 22:35

» 20 février Saint Judas Maccabée
par ami de la Miséricorde Lun 19 Fév 2018 - 22:26

» J’ai besoin de tes souffrances pour sauver les âmes
par ami de la Miséricorde Lun 19 Fév 2018 - 21:35

» 19 février Saint Gabin de Rome
par ami de la Miséricorde Dim 18 Fév 2018 - 23:06

» 19 février Vénérable Romano Bottegal
par ami de la Miséricorde Dim 18 Fév 2018 - 22:47

» 19 février 1937 Sainte Faustine s'unie aux agonisants
par ami de la Miséricorde Dim 18 Fév 2018 - 22:19

» CLONAGE HUMAIN - En France et dans le monde - Rébellion de l’homme contre son Créateur ...
par Hercule Dim 18 Fév 2018 - 1:34

» EUTHANASIE - En France, on prépare une loi sur l’Euthanasie. Qu’en pense Notre Seigneur ? ...
par Hercule Dim 18 Fév 2018 - 1:27

» 18 février Bienheureux Jean de Fiesole ou Fra Angelico
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 23:34

» 18 février : Sainte Bernadette Soubirous
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 23:23

» 17/02/ 1937 Les âmes périssent malgré Mon amère Passion
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 23:04

» POLITICIENS INDIGNES - Où étaient les députés qui auraient pu faire pencher la balance contre la hausse de la CSG pour les retraités ? ...
par Anne Onime1 Sam 17 Fév 2018 - 16:20

» PERSECUTIONS ANTI-CATHOLIQUES - FRANCE-INTER ne craint pas DIEU lorsque ses employés scandalisent les petits et les humbles ...
par Anne Onime1 Sam 17 Fév 2018 - 15:38

» Pétition : Les Catholiques exigent le respect et des excuses
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 11:58

» Léandre Lachance - La pensée du Jour ...
par Hercule Sam 17 Fév 2018 - 3:12

» VIOL DE VIE PRIVEE - ON RISQUE BIEN D'EN ARRIVER LÀ ! ...
par Hercule Sam 17 Fév 2018 - 1:09

» 17/02 St Alexis et les Fondateurs des Servites de Marie
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 0:28

» 17 février Bienheureuse Elisabetta Sanna
par ami de la Miséricorde Sam 17 Fév 2018 - 0:12

» PRIERE A L'ESPRIT-SAINT - Hymne au Saint-Esprit ...
par Hercule Ven 16 Fév 2018 - 12:08

» PRIERE A L'ESPRIT-SAINT - Hymne Acathiste au Saint et Vivifiant Esprit ...
par Hercule Ven 16 Fév 2018 - 11:58

Sujets les plus actifs
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
SEPTEMBRE LE MOIS DE SAINT MICHEL ARCHANGE
Prières de Protection, de Libération et de Guérison
Prophéties modernes et Messages pour la France...
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
Purgatoire dans le Nouveau Testament St Robert Bellarmin
Livre - "L'HEURE DES TENEBRES" par Don Raymond - Partie 1...
Commentaires sur le livre de l'Apocalypse par Olivier 2 ...
Bonjour à vous
Sujets les plus vus
Donne-nous notre Pain de ce jour (Vie) : Parole de DIEU
VIRGINIE - Association « L’Alliance des Cœurs Unis » ... Consécration et Imposition du Scapulaire ...
Islamisation de la France, de l'Europe et du Reste du Monde...
Méditation avec l'Echelle Sainte de St Jean Climaque
FORUMACTIF.COM – Harcèlement et graves dysfonctionnements sur Lumen -
VIRGINIE - Association « L’Alliance des Cœurs Unis » ... Informations le Parvis...
Agnès-Marie "Joie de Dieu" - Message du 24 mai 1999 ...
VIRGINIE - Association « L’Alliance des Cœurs Unis » - Acte de consécration ...
Commentaires sur le livre de l'Apocalypse par Olivier 2 ...
Prière de Protection, de Libération et de Guérison par le Très Précieux Sang de Jésus
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Hercule
 
ami de la Miséricorde
 
Anne-Marie
 
nadraren
 
Février 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
CalendrierCalendrier
Statistiques
Nous avons 20 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Anne Onime1

Nos membres ont posté un total de 2356 messages dans 1693 sujets
Mots-clés
Nativité bioéthique mechtilde Kabore Rosaire avertissement rose sacrifice apocalypse Messe enfants virginie Défense Eucharistie Famille France euthanasie clonage avortement Alliance Garabandal Millions misericorde Marie père islamisation
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 38 le Mer 20 Déc 2017 - 17:38
Annuaire des Sites amis


Partagez | 
 

 1542 - La Bénite Fontaine, la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Hercule
Admin
avatar

Messages : 1339
Date d'inscription : 16/08/2017

MessageSujet: 1542 - La Bénite Fontaine, la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie)   Sam 2 Sep 2017 - 8:32

- 1542 - LA BÉNITE FONTAINE, PRÉCURSEUR DE LOURDES -

La Bénite Fontaine, précurseur de Lourdes

La source qui est à l’origine du sanctuaire marial de la « Bénite Fontaine » a surgi dans un vallon boisé situé à 1,5 km de la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), entre Genève et Annecy. Quand on arrive à la Bénite Fontaine, on voit d’abord l’actuelle chapelle. Il faut descendre un petit sentier pour trouver dans la clairière, en contrebas, la fontaine miraculeuse et les nombreux ex-voto en remerciement des grâces reçues.

Les débuts de la dévotion. Une hypothèse vraisemblable fournie dans une histoire locale de la Roche fait état de deux vagues successives de peste noire, l’une en 1542, l’autre en 1586. On sait combien la peste était redoutée car elle décimait la population impuissante à lutter contre le fléau. La prière et la dévotion à Marie, mère secourable, étaient une manière de chercher protection et Salut. La fuite des lieux d’habitation était un autre réflexe naturel, et la population de la Roche chercha refuge au creux d’un vallon. Elle découvrit une source d’eau pure, non contaminée, qui lui permit de survivre en attendant de pouvoir rejoindre sa demeure. Il est probable qu’un oratoire fut alors construit près de la source. En 1586, un autre épisode de peste noire renvoie les habitants dans le vallon. Ils retrouvent la source et l’oratoire dédié à la Vierge Marie. Il semble que c’est peu après la fondation des Capucins à La Roche en 1617, que devint célèbre le petit oratoire situé à la « Bonne Fontaine », ainsi appelée à l’époque. Mais on peut penser que ce lieu bénéficiait depuis bien plus longtemps de la dévotion des habitants des alentours, venus chercher protection, remercier ou confier leurs peines à la Mère de Notre Seigneur et Sauveur.  

Les premières guérisons officielles. Lors d’une visite de saint François de Sales pour la Saint-Jean-Baptiste (patron de la paroisse de la Roche), le révérend François de Saint-Sixt, archidiacre de la collégiale, parla à l’évêque d’Annecy de la dévotion populaire pour la « bonne fontaine » et fit état de guérisons individuelles obtenues en ce lieu. L’évêque demanda alors qu’on lui fasse un rapport écrit. On lui fit une liste de nombreuses guérisons, il en retint 14 qui furent soumises à l’examen du conseil de Genevois (cette liste figure dans un manuscrit de Turin). L’eau de la fontaine fut analysée par le P. Baranzano, professeur de sciences au collège d’Annecy. Elle fut reconnue comme naturelle, sans aucune propriété curative, on était alors en 1619. (Une étude plus récente faite sur place en 1961 précise que cette source, ainsi que deux autres dans les environs, provient de ruissellements de terrains et dépôts de graviers reposant sur une moraine de fond argileux du glacier Wurmien, du début de l’ère quaternaire.)  

La construction d’une chapelle. Les guérisons ayant été attestées, François de Sales demanda au curé de la Roche de faire construire une chapelle, près de la source, et de la placer sous le patronage de Marie de la Visitation. Rappelons que c’est en juin 1610 que la baronne Jeanne de Chantal, amie de François de Sales, avait fondé l’ordre de la Visitation pour la visite et le soin des malades. Une petite chapelle au toit de chaume fut alors édifiée avec l’argent des pèlerins. Elle mesurait 8,30m de long sur 6,30m de large. Elle fut prolongée ensuite par un parvis de 5,30m. L’eau de la source fut recueillie dans une vasque de pierre, un nouvel oratoire en maçonnerie remplaça le premier, et une statue de la Vierge fut installée. François de Sales vint bénir la chapelle, la source et la statue en 1620 et, par un acte du 24 octobre de cette même année, déclara cette chapelle dépendante de la paroisse de la Roche et placée sous l’autorité de son clergé. Les pèlerins pouvaient dès lors assister tous les dimanches à la messe et y recevoir les sacrements. Lors des fêtes mariales et de la Visitation ils venaient plus nombreux et en procession. L’histoire locale fait aussi état d’un ermite André Foras, qui aurait desservi la chapelle pendant longtemps, mais on n’a pas d’autres renseignements sur lui.

L’époque révolutionnaire. À partir de 1791, le clergé dut prêter serment à la Constitution Civile du Clergé. Ce fut bientôt en France l’époque de la Terreur. Les prêtres « réfractaires » durent se cacher ou s’exiler. La paroisse et le sanctuaire ne furent plus desservis. Des habitants du village cachèrent alors la statue de la Vierge non loin de là, à Bröys. La chapelle fut pillée, aussi quelques jeunes gens de Saint-Sixt vinrent desceller l’autel de molasse pour le cacher dans le cimetière de leur village. Le chanoine Chevalier, historien local, rapporte que durant cette période de tourmente, il ne se passa pas un jour sans que quelques personnes du village ne viennent demander force et consolation à Notre Dame de la Bonne Fontaine. La ferveur populaire ne cessa pas et des miracles furent encore accomplis en ce lieu. Le Concordat de 1801 rétablit la paix religieuse. La statue de la Vierge fut remise en place dans l’oratoire, mais la chapelle était en ruine. L’ampleur des dégâts de la Révolution, tant au sanctuaire qu’à la Roche, demanda des années de reconstruction. C’est un paroissien, François Thabuis, qui consacra tous ses efforts à l’entretien de la Source, de l’oratoire et de l’accès au sanctuaire. Il mourut le 29 septembre 1859.

La nouvelle construction. En 1861, Monseigneur Magnin devint évêque d’Annecy. Lorsqu’il était enfant, ses parents l’avaient porté à la source alors qu’il était malade pour demander sa guérison. Aussi, eut-il à cœur de restaurer le sanctuaire de la Bénite Fontaine. Comme le curé de la paroisse était trop occupé aux réparations de l’église paroissiale, la tâche fut confiée à l’un de ses vicaires, l’abbé Georges Revillard. Ce dernier pensa que la nouvelle chapelle devrait être construite sur le plateau. Il fallut donc acquérir les terrains. Les frères Passaquay de Saint-Sixt concédèrent la libre disposition des pentes et du vallon. On fit appel aux bonnes volontés, tant pour les travaux que pour le financement. Elles ne manquèrent pas tant la dévotion à la Vierge Marie était grande. Le 3 novembre 1861, on assista à la pose et à la bénédiction de la première pierre par le curé Gindre. En souvenir pour saint François de Sales, on conserva les murs et le parvis de l’ancienne bâtisse. Le 29 juin 1862, 8000 pèlerins venus en cortège depuis la Roche apportèrent une statue de la Vierge en bronze doré, réplique de Notre-Dame de Fourvière. Elle fut hissée et fixée au faîte du clocher. Une inscription est visible sur le socle : « Ils m’ont établie gardienne de leur vallée » (parole inspirée du Cantique des Cantiques I, 5, où la narratrice est établie gardienne des vignes). La nouvelle chapelle de style gothique a les mêmes dimensions que celle qui était dans le vallon. La canalisation de la source fut refaite. L’autel caché dans le cimetière fut ramené et forme aujourd’hui la base de l’oratoire actuel. Des prêtres originaires de la Roche offrirent un nouvel autel ; et les maisons religieuses du Collège, des Capucins et des Sœurs de la charité des vitraux. Pour couronner le tout, les 14 stations du chemin de croix furent édifiées le long du sentier qui descend de l’esplanade de la chapelle vers la source. Le 3 mai 1863, Mgr Magnin vint bénir solennellement ce nouveau sanctuaire, accompagné de plus de 5 000 personnes.  

Ce nouveau sanctuaire fut l’oeuvre de tous, et la meilleure expression qui soit de l’attachement et de la générosité de la population à ce lieu béni. Au début des travaux, l’abbé Revillard n’avait que cinq francs en poche, mais il récolta les 50 000 nécessaires pour assumer toutes les dépenses, et trouva nombre de bénévoles pour participer aux travaux. La statue de la Vierge qui avait été cachée pendant la Révolution trouva place dans une toute petite chapelle de style gothique édifiée sur l’emplacement de la source. Quand l’abbé Revillard fut nommé curé d’Étaux (commune voisine de la Roche) en 1865, il fit alors construire un presbytère à quelques dizaines de mètres de la chapelle principale, sur le plateau, afin que puisse y résider un chapelain pour desservir le sanctuaire et organiser des pèlerinages. Il fut le premier « recteur » du lieu de 1875 à sa mort en 1878. Son corps repose d’ailleurs dans la chapelle.  

Vie actuelle du sanctuaire. Il ne se passe pas un jour sans que des habitants du lieu ne viennent remplir des bidons d’eau, fassent quelques dévotions, visitent la boutique, demandent à rencontrer le recteur. Chaque jour la messe est célébrée dans la chapelle et le chapelet récité. Le dimanche où l’assistance est trop nombreuse pour la chapelle, la messe est dite dans l’abri du pèlerin. Une communauté très vivante, où toutes les générations se côtoient, est fidèle au sanctuaire. En cours d’année, il y a quelques pèlerinages extérieurs, des journées de prière ou d’adoration, et le premier dimanche de septembre, le grand rassemblement diocésain.  

Certains parlent d’un « Lourdes savoyard », mais il s’en faut de beaucoup pour que l’affluence y soit aussi grande. Si un hébergement était proposé, le sanctuaire pourrait avoir un plus grand rayonnement, mais l’« abri du pèlerin » n’est qu’une vaste salle utilisée tour à tour pour des célébrations, des grandes réunions ou un pique-nique en cas de pluie ! On ne peut donc qu’y faire halte. En revanche, la dévotion y est intense, sincère et discrète, à l’image peut-être de Marie, dont l’humilité et la présence auprès de son Fils et de ses disciples est rapportée par les Évangiles.

La source qui est à l’origine du sanctuaire marial de la « Bénite Fontaine » a surgi dans un vallon boisé situé à 1,5 km de la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), entre Genève et Annecy. Quand on arrive à la Bénite Fontaine, on voit d’abord l’actuelle chapelle. Il faut descendre un petit sentier pour trouver dans la clairière, en contrebas, la fontaine miraculeuse et les nombreux ex-voto en remerciement des grâces reçues.

Les débuts de la dévotion. Une hypothèse vraisemblable fournie dans une histoire locale de la Roche fait état de deux vagues successives de peste noire, l’une en 1542, l’autre en 1586. On sait combien la peste était redoutée car elle décimait la population impuissante à lutter contre le fléau. La prière et la dévotion à Marie, mère secourable, étaient une manière de chercher protection et Salut. La fuite des lieux d’habitation était un autre réflexe naturel, et la population de la Roche chercha refuge au creux d’un vallon. Elle découvrit une source d’eau pure, non contaminée, qui lui permit de survivre en attendant de pouvoir rejoindre sa demeure. Il est probable qu’un oratoire fut alors construit près de la source. En 1586, un autre épisode de peste noire renvoie les habitants dans le vallon. Ils retrouvent la source et l’oratoire dédié à la Vierge Marie. Il semble que c’est peu après la fondation des Capucins à La Roche en 1617, que devint célèbre le petit oratoire situé à la « Bonne Fontaine », ainsi appelée à l’époque. Mais on peut penser que ce lieu bénéficiait depuis bien plus longtemps de la dévotion des habitants des alentours, venus chercher protection, remercier ou confier leurs peines à la Mère de Notre Seigneur et Sauveur.

Les premières guérisons officielles. Lors d’une visite de saint François de Sales pour la Saint-Jean-Baptiste (patron de la paroisse de la Roche), le révérend François de Saint-Sixt, archidiacre de la collégiale, parla à l’évêque d’Annecy de la dévotion populaire pour la « bonne fontaine » et fit état de guérisons individuelles obtenues en ce lieu. L’évêque demanda alors qu’on lui fasse un rapport écrit. On lui fit une liste de nombreuses guérisons, il en retint 14 qui furent soumises à l’examen du conseil de Genevois (cette liste figure dans un manuscrit de Turin). L’eau de la fontaine fut analysée par le P. Baranzano, professeur de sciences au collège d’Annecy. Elle fut reconnue comme naturelle, sans aucune propriété curative, on était alors en 1619. (Une étude plus récente faite sur place en 1961 précise que cette source, ainsi que deux autres dans les environs, provient de ruissellements de terrains et dépôts de graviers reposant sur une moraine de fond argileux du glacier Wurmien, du début de l’ère quaternaire.)

La construction d’une chapelle. Les guérisons ayant été attestées, François de Sales demanda au curé de la Roche de faire construire une chapelle, près de la source, et de la placer sous le patronage de Marie de la Visitation. Rappelons que c’est en juin 1610 que la baronne Jeanne de Chantal, amie de François de Sales, avait fondé l’ordre de la Visitation pour la visite et le soin des malades. Une petite chapelle au toit de chaume fut alors édifiée avec l’argent des pèlerins. Elle mesurait 8,30m de long sur 6,30m de large. Elle fut prolongée ensuite par un parvis de 5,30m. L’eau de la source fut recueillie dans une vasque de pierre, un nouvel oratoire en maçonnerie remplaça le premier, et une statue de la Vierge fut installée. François de Sales vint bénir la chapelle, la source et la statue en 1620 et, par un acte du 24 octobre de cette même année, déclara cette chapelle dépendante de la paroisse de la Roche et placée sous l’autorité de son clergé. Les pèlerins pouvaient dès lors assister tous les dimanches à la messe et y recevoir les sacrements. Lors des fêtes mariales et de la Visitation ils venaient plus nombreux et en procession. L’histoire locale fait aussi état d’un ermite André Foras, qui aurait desservi la chapelle pendant longtemps, mais on n’a pas d’autres renseignements sur lui.

L’époque révolutionnaire. À partir de 1791, le clergé dut prêter serment à la Constitution Civile du Clergé. Ce fut bientôt en France l’époque de la Terreur. Les prêtres « réfractaires » durent se cacher ou s’exiler. La paroisse et le sanctuaire ne furent plus desservis. Des habitants du village cachèrent alors la statue de la Vierge non loin de là, à Bröys. La chapelle fut pillée, aussi quelques jeunes gens de Saint-Sixt vinrent desceller l’autel de molasse pour le cacher dans le cimetière de leur village. Le chanoine Chevalier, historien local, rapporte que durant cette période de tourmente, il ne se passa pas un jour sans que quelques personnes du village ne viennent demander force et consolation à Notre Dame de la Bonne Fontaine. La ferveur populaire ne cessa pas et des miracles furent encore accomplis en ce lieu. Le Concordat de 1801 rétablit la paix religieuse. La statue de la Vierge fut remise en place dans l’oratoire, mais la chapelle était en ruine. L’ampleur des dégâts de la Révolution, tant au sanctuaire qu’à la Roche, demanda des années de reconstruction. C’est un paroissien, François Thabuis, qui consacra tous ses efforts à l’entretien de la Source, de l’oratoire et de l’accès au sanctuaire. Il mourut le 29 septembre 1859.

La nouvelle construction. En 1861, Monseigneur Magnin devint évêque d’Annecy. Lorsqu’il était enfant, ses parents l’avaient porté à la source alors qu’il était malade pour demander sa guérison. Aussi, eut-il à cœur de restaurer le sanctuaire de la Bénite Fontaine. Comme le curé de la paroisse était trop occupé aux réparations de l’église paroissiale, la tâche fut confiée à l’un de ses vicaires, l’abbé Georges Revillard. Ce dernier pensa que la nouvelle chapelle devrait être construite sur le plateau. Il fallut donc acquérir les terrains. Les frères Passaquay de Saint-Sixt concédèrent la libre disposition des pentes et du vallon. On fit appel aux bonnes volontés, tant pour les travaux que pour le financement. Elles ne manquèrent pas tant la dévotion à la Vierge Marie était grande. Le 3 novembre 1861, on assista à la pose et à la bénédiction de la première pierre par le curé Gindre. En souvenir pour saint François de Sales, on conserva les murs et le parvis de l’ancienne bâtisse. Le 29 juin 1862, 8000 pèlerins venus en cortège depuis la Roche apportèrent une statue de la Vierge en bronze doré, réplique de Notre-Dame de Fourvière. Elle fut hissée et fixée au faîte du clocher. Une inscription est visible sur le socle : « Ils m’ont établie gardienne de leur vallée » (parole inspirée du Cantique des Cantiques I, 5, où la narratrice est établie gardienne des vignes). La nouvelle chapelle de style gothique a les mêmes dimensions que celle qui était dans le vallon. La canalisation de la source fut refaite. L’autel caché dans le cimetière fut ramené et forme aujourd’hui la base de l’oratoire actuel. Des prêtres originaires de la Roche offrirent un nouvel autel ; et les maisons religieuses du Collège, des Capucins et des Sœurs de la charité des vitraux. Pour couronner le tout, les 14 stations du chemin de croix furent édifiées le long du sentier qui descend de l’esplanade de la chapelle vers la source. Le 3 mai 1863, Mgr Magnin vint bénir solennellement ce nouveau sanctuaire, accompagné de plus de 5 000 personnes.

Ce nouveau sanctuaire fut l’oeuvre de tous, et la meilleure expression qui soit de l’attachement et de la générosité de la population à ce lieu béni. Au début des travaux, l’abbé Revillard n’avait que cinq francs en poche, mais il récolta les 50 000 nécessaires pour assumer toutes les dépenses, et trouva nombre de bénévoles pour participer aux travaux. La statue de la Vierge qui avait été cachée pendant la Révolution trouva place dans une toute petite chapelle de style gothique édifiée sur l’emplacement de la source. Quand l’abbé Revillard fut nommé curé d’Étaux (commune voisine de la Roche) en 1865, il fit alors construire un presbytère à quelques dizaines de mètres de la chapelle principale, sur le plateau, afin que puisse y résider un chapelain pour desservir le sanctuaire et organiser des pèlerinages. Il fut le premier « recteur » du lieu de 1875 à sa mort en 1878. Son corps repose d’ailleurs dans la chapelle.

Vie actuelle du sanctuaire. Il ne se passe pas un jour sans que des habitants du lieu ne viennent remplir des bidons d’eau, fassent quelques dévotions, visitent la boutique, demandent à rencontrer le recteur. Chaque jour la messe est célébrée dans la chapelle et le chapelet récité. Le dimanche où l’assistance est trop nombreuse pour la chapelle, la messe est dite dans l’abri du pèlerin. Une communauté très vivante, où toutes les générations se côtoient, est fidèle au sanctuaire. En cours d’année, il y a quelques pèlerinages extérieurs, des journées de prière ou d’adoration, et le premier dimanche de septembre, le grand rassemblement diocésain.

Certains parlent d’un « Lourdes savoyard », mais il s’en faut de beaucoup pour que l’affluence y soit aussi grande. Si un hébergement était proposé, le sanctuaire pourrait avoir un plus grand rayonnement, mais l’« abri du pèlerin » n’est qu’une vaste salle utilisée tour à tour pour des célébrations, des grandes réunions ou un pique-nique en cas de pluie ! On ne peut donc qu’y faire halte. En revanche, la dévotion y est intense, sincère et discrète, à l’image peut-être de Marie, dont l’humilité et la présence auprès de son Fils et de ses disciples est rapportée par les Évangiles.

Éléments d’information sur les prêtres successifs à la Bénite Fontaine.
Dix recteurs ont succédé à l’abbé Revillard, les Pères Dusonchet (1878-1904), à qui on doit l’adjonction d’une sacristie et de deux petites nefs latérales à la chapelle, et le début de la pose d’une balustrade sur l’esplanade, Decroux (1904-1925) qui acheva la pose des balustrades, Bosson (1925-1938), Chavanne (1938-1946) qui aménagea le vallon pour les messes en plein air, fit construire l’abri du pèlerin. Le 8 septembre 1946 il organise et préside le pèlerinage des Rapatriés qui réunit 14 000 pèlerins, et le pèlerinage du Grand Retour le 11 octobre de la même année, Lambrey (1946-1947), Dupanloup (1947-1949) qui installa un Angélus automatique dans le clocher et deux nouvelles cloches, Rochon (1950-1952), Rosnoblet (1952-1959) qui agrandit le fond du vallon, fait rectifier le cours du Foron et entame des fouilles pour alimenter l’eau de la source, Dufour (1960-2001), qui continue les travaux et fait installer une citerne réservoir de 11 000 litres et des robinets de distribution, fait goudronner l’esplanade, aménage deux voies d’accès au fond du vallon, et procède à divers travaux d’entretien et restauration, Giraud (depuis 2001) qui préside à la réfection complète et au réaménagement du presbytère avec le magasin d’objets et livres religieux, bureaux et salle de réunion au rez-de-chaussée, appartements pour le recteur du sanctuaire et l’accueil d’un ou deux retraitants à l’étage.

Les fontaines bénies de Savoie.

Pays de montagne et de sources, les diocèses d’Annecy et de Chambéry, Maurienne, Tarentaise comprennent plusieurs fontaines autrefois vouées au culte païen, dont beaucoup ont ensuite été dédiées à la Vierge Marie. Parmi elles, on peut citer Notre-Dame de Bonnefontaine à Flumet (Savoie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revelation-apoc-key.forumactif.com
 
1542 - La Bénite Fontaine, la Roche-sur-Foron (Haute-Savoie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blason église la Roche sur Foron Haute Savoie
» Pastiche de fables de Jean de La Fontaine.
» Put*** de fontaine!
» Bienheureux Frédéric Ozanam et Bienheureux Alain de la Roche
» Un livre et un morceau de roche lunaire pour 700 Euros.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM APOCALYPSE NEWS - PROPHETIES POUR NOTRE TEMPS :: DES MILLIERS D'APPARITIONS MARIALES DANS LE MONDE :: Les Sanctuaires de Notre Dame en France et dans le Monde :: Les Sanctuaires de Notre Dame en France-
Sauter vers: